Il y a ving-cinq ans de cela, naquirent les Tragiques Événements qui ont plongé notre monde dans un profond Désespoir...
Aujourd'hui, le monde panse ses blessures.. Mais celui-ci n'a jamais vraiment disparu.
 

Partagez | 
 

 Magistrat de marbre [Masuhiro +2 Max.]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Akihiko Fugaku

SHSL Kawaii ♥

SHSL Kawaii ♥
avatar


Second avatar : Messages : 118
Date d'inscription : 11/08/2016

MessageSujet: Magistrat de marbre [Masuhiro +2 Max.]   Lun 6 Mar - 2:03

À faire rire la certaine,
Était-elle de pierre?
Elle s'effondra.

V, "Les petits justes", Capitale de la douleur, Paul Éluard

Caucase est un Mont bien solitaire. Prométhée promettant pyromanie pour plusieurs pionniers pense point personnellement. Discours démagogie délibération, délivré des dissonances des dévots débutants déviants, dérange désormais d'autres directions. Ô toi qui n'attendait rien n'a rien eu, baigne-toi dans l'immatérielle satisfaction d'avoir raison, beau lac bleuté feuilleté, sans source ni sérieux. Toi qui aurait pu avoir et a préféré le désert métallique, Seth savoure le chaos que tu t'es créé. Désolation? Désaccord. S'y trouver une inspiration. Souvenir. Assumer son souhait, accomplir sa sérénité. C'est ton rôle, même parmi les grognements d'ours et les besognes dialectiques des désintéressés de ton cas. Tu t'es fait subtil à ce moment, ne cherchant pas la curiosité des autres. Crainte de celui à nu, dévoilé dans toute l'excellence de son idéal. Son art. Photographie. Dans toute la commotion, tu t'es créé ce confort. Rien de bien remarquable, il espère. Il ne songe pas à la résolution des images qui ne sont pas siennes, qui plus est. Écran de platine et mystère de rubis rose magenta, terrorisme incompris par celui qui ne s'y soucie pas. Callisto s'est fait une joie de plaquer Neuberger, on raconte tout à l'envers parce qu'Einstein a prouvé que le temps est relatif. Un à un, chacun part en file indienne, Chefs iroquois sans calumets de la paix. D'autre décident de rester, Perreault trouve répit chez Spielrein. Beaucoup de choses à raconter, bien d'autres pour les raconter. Les Grecs n'ont pas pensé à la mythologie pour qu'un seul puisse tout expliquer aux Perses. Toi? Moi? Soi? Tokugawa Ieyasu serait reconnaissant de ta discrétion.  Ainsi, tel Baudelaire, je fais une invitation au voyage.

Le présent s'impose comme un cadeau reçu à un mariage. Commodité, obligation, acceptation. Son présent est ce présent, cadeau de l'instant actuel, autres moments de solitudes. Solitudes des oiseaux migrateurs, oubliés par le soleil du Yucatan. Solitudes d'être chétif et sans scrupules, enfant abandonné aimant toujours parents négligeant et négligés. Hmmm...? Parents? Euh... Oh! On m'en a parlé, quelques fois. Oui, à ma naissance! Nuage nébuleux nécrotique, nouvelle nécessaire. Rien de compréhensible, honnêtement, on m'a parlé de choses qui n'ont jamais été pour moi, d'une façon telle qu'on s'exclamerait devant Pompeii et le Vésuve enragé. Mais il n'est rien de tout cela en ce moment, oh non! Eh? Quoi? Où suis-je? Que fais-je? Questions drôles que Descartes qualifierait distinctement, quoique désuets. Oooohooooo... Je comprends maintenant. Après fuite il faut savoir où se trouve le fautif. C'est ainsi que la loi fonctionne, oui? Moïse n'a pas écrit dix commandements pour qu'on ne les suive pas, c'est ça? D'accord! Euh... Par contre, je ne saurais pas quoi répondre. Discret comme j'étais, je valsais vaguement à travers les couloirs comme un vagabond vertueux. Puis... Voilà. On ne valse pas comme il se le doit si on se soucie de la position de nos pieds. Suivre l'instinct, oui! Tourbillonner le parapluie comme Éole tyrannise la Thrace. Vivement! Vigoureusement! Vraiment! Ehhhh! Vraiment! Je suis sérieux! Le parapluie, c'est important! Je l'ai depuis longtemps, comme l'émeraude a le jade, comme le saphir a le lapis lazuli, comme l'ivoire à l'albâtre. J'y tiens... J'y tiens comme... Comme... Comme la statue tient mon regard dans le paume de sa main, noble descendante de marbre déifié. Ah! Voilà, voilà! J'ai trouvé un repère pour vous! Cartographe incrédule, je conçois une calligraphie cryptique, créancier catatonique. Mon écriture se doit de décrire l'enfant d'Héphaïstos, mais Platon a dit que la Beauté était une forme intelligible mais inintelligible de par sa grandeur et sa splendeur. Donc je dois m'en tenir à vous dire que je me trouve à son flanc. Lui tenir compagnie est un honneur, s'y dédier un luxe que je ne peux pas m'offrir. Souvenir. Clic! L'odeur de la lumière qui s'échappe rafraîchit mon esprit. Je gravite et j'orbite, astronomie ferme de la femme qui ne peut bouger, l'héliocentrisme de Copernic n'a rien contre le géocentrisme de celle qui hante cette pièce, pièce maîtresse du décor, reine de l'échiquier éperdu où je me trouve. Oh, que de rêver en cette aisance! Assonance de mon âme, mes voyelles virevoltent devant la splendeur, émerveillé. Je valse à nouveau, fier prussien en chamade. C'est beau, c'est beau! Sceller secrets somptueux sous ce sarcophage; je me demande quels autres symphonies s'y trouvent!
...
Eh? Vous avez peur qu'on me voit ainsi? À fouiller une salle inconnue? À danser, frivole, jovial, jubile? La curiosité et le bonheur seraient contre la loi. Orwell crée la novlangue pour y castrer la Liberté, fière mère aux enfants mourants, oiseaux en cage capté par Callisto et Thomas. Dans un sens... vous avez sûrement raison.

Mais je veux m'amuser,
voguer sur le lac des découvertes, trépas,
pistes et indices,
trouver Eurydice
et espérer qu'Orphée ne se retourne pas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Guren Yonetsu

Stagiaire Poképhile Polyvalent

avatar


Second avatar : Messages : 165
Date d'inscription : 28/07/2016
Age : 21

MessageSujet: Re: Magistrat de marbre [Masuhiro +2 Max.]   Lun 6 Mar - 18:57

First Body Discovered


si Pamela Travers avait su ce qu'il l'avait attendue, jamais elle n'aurait laisse le serpent enraye ses pensees.

D'ivresse et de frivolité, le jeune Masuhiro fit une rencontre inattendue. Dame de marbre au coeur de fer, celle-ci était revêtue d'une douce robe blanche qui aurait pu s'assombrir à la lumière de tes péchés. Tes mains impurs ont souillées la robe de la mariée, tristesse qu'elle ai perdue son fiancée. Celui-ci ne respire plus , mais demeure pour toujours en son coeur...

Littéralement.

Alors que Masuhiro mit ses mains sur la statue, il sentit comme un endroit, une ouverture, telle une porte. Une porte, dans une statue ? Il ne l'avait probablement pas remarqué mais en laissant échapper son esprit par delà ses pensées, la porte s'ouvrit. Une odeur s'en dégagea alors, laissant apparaître, ce qui semblait être...


Une tête.
Qui-est-ce donc ?:
 

La tête sanguinolente d'un homme était présent, un garçon aux cheveux vert. De sa bouche, on pouvait voir un objet dépassé, semblable à un electro-Id.. Qui oserait le sortir de là, toucher le corps sans vie d'un pauvre garçon ? Sa pauvre tête était empalé par d'épaisse piques en aciers, cette dernière, semblant difficile à retirer. Plus bas, dans le creux de la statue, il était possible de voir.. Un marteau, le bout couvert de sang.

Au nom de la loi, je vous unis par les liens du marriage. Embrassez la Mort.

by monokuma
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kazuto Nimura

Guren no Kohai

Guren no Kohai
avatar


Second avatar : Messages : 74
Date d'inscription : 11/08/2016
Age : 24

MessageSujet: Re: Magistrat de marbre [Masuhiro +2 Max.]   Sam 11 Mar - 17:08

Satoshi Tomeina & Co... mots ▬ dialogue en #6666ff
Déjà un meurtre ?!

Réveille-toi jeunesse dorée de la Kibougamine ! Ici Satoshi, celui qui révèle au grand jour ce que l’élite mondiale se donne tant de mal à cacher ! On dit souvent que dans la vie, il y a ceux qui font le monde, et ceux qui se contentent d’y vivre, mais dans un groupe d’élite, habitué pour chacun à être au sommet de son domaine, les guerres d’égo et de pouvoir deviennent rapidement des jeux quotidiens ! Mais toi, tu me connais mieux que ça quand même cher Stalkeur ; ce qui régit mon monde dans ce jeu auquel nous sommes tous invités n’est pas ce que l’on pourrait appeler des priorités pour les autres participants.
Prend par exemple ce cher Blitz, rappelle-toi ce mec qui a paniqué à l’annonce des règles et crié pour pas grand-chose au final ; sa priorité est sa sécurité et l’isolement sa stratégie. Mais pourquoi en arriver là ? Quand un hamster est pris dans une cage, qu’importe qu’il soit dans sa roue, son lit de paille, seul ou avec d’autres hamster, au final, il reste dans cette cage. Alors inutile de se débattre de mon côté, je vais le laisser faire comme il entend et continuer ma découverte du décor dans lequel on nous a convié. Les couloirs de cet établissement ont l’air interminables et si courts à la fois, j’ai l’impression de me perdre sur une ligne droite, c’est dommage que tu ne puisses pas le voir de tes propres yeux… Enfin si on veut, car si tu le voyais, ça voudrait dire que tu serais coincé ici avec nous, et je n’ai pas confiance en ton sang froid pour nous aider. Du coup, le temps de trouver une pièce qui m’inspire, je vais te raconter une blague pour te changer les idées : Combien de photographes faut-il pour changer une ampoule ? 50 : 1 pour la changer et 49 qui diront "j’aurais pu le faire aussi". Attend, essaye de rire moins fort, je t’entends jusque dans ma tête et c’est gênant. D’autant que je viens de trouver un spécimen intéressant.
Dans une pièce ressemblant à une aire de repos, où on peut se détendre, au cas où tu te demanderais le lieu vers lequel se pose mon regard. Mais ce n’est pas le lieu qui m’intéresse à cet instant, c’est la personne qui en comble le vide ; un garçon avec un parapluie, ce qui est un peu étrange en intérieur, mais pourquoi pas qui danse librement comme si chaque parcelle de ce monde lui appartenait ! Au moins ça change des autres perturbés que sont nos camarades. Il m’amuse, j’ai l’impression d’être dans une comédie musicale ambiguë. Est-ce que je le rejoins pour aller danser ou bien est-ce que je le stalke comme tu fais si bien avec moi en ce moment. Oh, attend ! Il vient de trouver un truc on dirait, je vais m’approcher pour voir. C’est quoi cette odeur ? Et c’est quoi cette porte qui n'était pas là y a deux secondes ?

- « Qu’est-ce que ?... »

En voilà une jolie tête accrochée au bout d’un pique ! Quelqu’un est déjà mort ? Non, ce visage ne me dit rien, il n’était pas parmi les personnes présentes plus tôt. Est-ce seulement un vrai ? Attend, je vais vérifier, bouge pas. Ses joues, ses yeux, ses cheveux… Si c’est un faux, il est très bien réalisé ! Et on dirait qu’il a un truc dans la bouche, prenons ça. Ça ressemble aux trucs qu’on nous a remis au début du jeu non ? Voyons s’il marche ! Non attend, d’abord 1, 2 et hop, une écharpe pour la tête sans cou, je ne veux pas qu’il attrape froid. Haha ! Pardon, je n’ai pas pu m’en empêcher, c’est la première fois que je vois une tête sur un pique, je me sentais obligé de la décorer, le fou rire qui va avec est un peu gênant je te l’accorde. Je n’ai pas oublié un truc ? Ah si, le mec derrière moi. Je vais le taquiner un peu !

- « Tu n’as vraiment pas attendu pour te mettre au travail dis-moi ! Je suis impressionné ! Ou est le reste du corps ? Si tu me le dis, je veux bien cacher le fait que tu as assassiné ce pauvre John François ! » Un sourire en coin c’est pas mal pour aller avec ces mots !

Enfin bref, il fonctionne cet Electro-ID ou pas ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Guren Yonetsu

Stagiaire Poképhile Polyvalent

avatar


Second avatar : Messages : 165
Date d'inscription : 28/07/2016
Age : 21

MessageSujet: Re: Magistrat de marbre [Masuhiro +2 Max.]   Dim 12 Mar - 12:08

First Body Discovered


si Pamela Travers avait su ce qu'il l'avait attendue, jamais elle n'aurait laisse le serpent enraye ses pensees.

Pauvre tête. Si tu ne t'étais pas vidée de la moitié de son sang et que ton pauvre visage n'étaient pas perforée de toute part tel un morceau de fromage, tu aurais surement ris à chaudes larmes en entendant la scène qui se trouvait devant toi. Ou alors, tu aurais pris le marteau se trouvant au pied de la statue pour donner un bon coup dans la tête de ces deux jeunes gens. Qui surement, imaginer une utilité avec ta carcasse qui serait une disgrace pour le mort que tu es. Pire encore, ils pourraient te donner des noms, comme Baptise ou Kévin Tuches.

Pire encore. On pourrait t'entendre dire "Y-Ya..Yamero.." en sentant la main de Satoshi pénétrer ta bouche, laissant quelques filets de bave glisser sur la main du jeune homme. Est-ce que ce serait des rougueurs que l'on aperçoit sur ton visage, petite tête ? ...Hanon, c'est juste du sang, too bad.

L'Electro iD sorti alors en piteux état, mais encore en état, étrangement. Comme si celui-ci avait été laissé là exprés. Pour quelle raison ? En tout les cas, voici les informations qui furent révélés.


Electro-ID :

Nom : Nathanaël Méridoth,
Talent : SHSL Hope.
Cause de la mort : Démembrement.
Famille connue : Plumeria Méridoth, SHSL Acupuncturist.
Etat du corps : découpée, seul la tête fut retrouvé pour le moment.
Information particulière : Est le 20ème membre du DanganRonpa, arrivé ici pour faire stopper le DanganRonpa. Cependant, ces actions furent décelés et le Mastermind a utilisé l'outil a sa disposition pour éliminer ce concurrent.



by monokuma
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Akihiko Fugaku

SHSL Kawaii ♥

SHSL Kawaii ♥
avatar


Second avatar : Messages : 118
Date d'inscription : 11/08/2016

MessageSujet: Re: Magistrat de marbre [Masuhiro +2 Max.]   Sam 18 Mar - 3:27

La vie est bien aimable
Venez à moi, si je vais à vous c'est un jeu,
Les anges des bouquets dont les fleurs changent de couleur.

"Porte ouverte", Répétitions, Capitale de la douleur, Paul Éluard

Célérité scintillante de la découverte incongrue, perce le regard béat de l'enfant qui ne s'attendait pas à jouer à cache-cache. Maîtresse incomprise, regard albinos vers le buste de la douce mère. Les corbeaux survolent la carcasse, putréfaction puérile provenant par plusieurs places. Cœur enseveli de misère, l'admirateur curieux se demande comment procéder. Ouverture? Fermeture? Somme infinie de composition des deux, Schrödinger prédit que toutes les possibilités se réalisent en même temps. Tu ne t'y soucies point, puisque le choix est fait pour toi. Faible plainte, fatalité d'un scénario qui se doit d'avancer, main invisible arrachant la porte pour toi, par et pour soi-même. Puis, miracle, paradoxe du pandémonium pourtant inaperçu par une pupille si pure. Vlad voudrait vivre vaine vengeance voyant vite votre venin vert. Acier teint d'écarlate, sceptre majestueux à la tête d'émeraude, sacrifice serein et secret jusqu'à cette seconde. Confusion ne saurait qualifier la situation, car elle sous-entend tentative de compréhension. Prendre pour acquis, Baptiste se cache chez ta Chère sans chair, roche vertueuse et délicate. Pudique, le sculpteur a jeté un de ses outils à ses pieds aussi. Ou peut-être a-t-il abandonné son art après avoir atteint une telle perfection, doutant pouvoir la reproduire un jour. Spéculations spéciales et spatiales, Sputnik orbite spécialement les Spetsnaz. Rien de valide, l'erroné berce souvent les pensées de celui qui ne comprend rien de sa situation actuelle. Ne pas oser toucher aussi, sans quoi on devient pervers. Le genre de choses à laisser pour Justine et Juliette. Oui, celles-là, à la vertu de martyr et le vice de conquérant, souffrance du juste et gloire de l'injuste, Platon pourrait y réécrire la République en considérant leurs cas. Mais ça n'a rien à voir avec l'actuel, la paralysie admiratrice d'un sort d'outre-monde, revenant d'outre-tombe, outre sonde tes songes malgré ton gré, beau pré gai de fée, clé créée par Médée; mais en fait, Baptiste est quasiment aussi aveugle que Soi. Ta curiosité virevolte comme un chat lancé par une fenêtre, pirouettant agilement pour retomber sur ses pattes, tenseur d'inertie et moment cinétique, penseur introverti et serment fatidique. Serment d'intérêt, passion plue et accrue envers le nouvel arrivant et la boîte de fer qu'il tient dans sa bouche, pomme d'or du cochon rôti. Ton parapluie repose sur ton épaule, tu tournes la toupie jusqu'à ce que Neuberger décide de déranger ta dédicace d'hérétique.

Attends, Neuberger !? Mais euh, j'étais Adam avant que Dieu n'ait pitié de lui; Izanagi avec son Izanami de granite, Amenonuhoko en mon seuil! Neuberger serait vraiment en mesure d'apparaître n'importe où, en fait!? Triste réalité, je ne saurai me cacher. Et euh! Mais euh! C'est euh! C'est Baptiste qu'il touche ainsi! Ahhh! Ehhh! Ihhh! Ohhh! Uhhh! Yhhh! Voyelles, pleurez mon étonnement! On ne peut pas vraiment se permettre de mettre ses doigts dans la bouche d'un autre ainsi, non? Oui? Une combinaison linéaire des deux? Je n'y connais rien, mais j'aurais trop honte de m'y tenter. Regard sartrien, destructeur des possibles, impératif de peur et de choc, effrayer Baptiste dans sa cellule et m'effrayer médusé, m'échappant médiocrement de la Méditerranée! Mais abandonner Baptiste devant son agresseur sera immonde aussi! Eh? Que ferais-je? Eeeeeehhhhhheeeeuuuuuuhhh... Et vous? Que feriez-vous? Quoi? Qu'est-ce donc? Et ensuite? Et ça?! Mais euh, je ne pourrais jamais faire ça! L'Australie a existé pour des choses comme ça! Mais l'Australie existe peut-être pour Neuberger aussi, vu comment il traite Baptiste. Oh non! Je suis trop tard. Faible comme Achille ne dépassant jamais la tortue, Zénon se moque de moi machinalement. J'espère que Baptiste saura me pardonner, je ne veux pas lui causer de la peine! Non! Non! C'est le premier à me côtoyer dans ce lieu, compagnon solennel de ma solitude de chorale, chœur oublié chantant dans le fond de la pièce de théâtre. Et nous voilà séparés par une distance euclidienne, norme incandescente, règle vectorielle du sous-espace que Neuberger a créé. Ah mais je suis Souveniriste, pas mathématicien! Et Neuberger ne l'est pas non plus, sans quoi je devrai l'appeler Neumann plutôt! Eh? Qu'est-ce donc? Oh? Mais que fait-il d'un coup? Entend-il mes mélodies comme vous? Se doit-il de faire un tour pour impression Baptiste et moi? Quintessence curieuse, qualité caractéristique, charade sans indices de celui qui ne m'a toujours pas adressé la parole... Naturellement, je ne suis que moi tandis que Baptiste est Baptiste, la religion aura toujours plus de splendeur que l'opinion de l'enfant. Eh? Triste? Non, non! Même à mon âge si printanier, on s'y habitue rapidement! Mais allons, allons! Ne faites pas cette tête! La pitié n'est pas une couleur qui vous va bien, elle oscille sans harmonie, mécanique cacophonique, Newton serait aussi mécontent que lors de ses débâcles avec Leibniz. C'est qu'il faut rire et sourire dans la vie! Parce qu'elle est Belle! Belle par la Beauté, simple idéal ésotérique, joie de néophyte, plume d'ange, corde d'harpe, écharpe. Écharpe...? Elle ne va pas bien à Baptiste, en tout cas... Mais ça ne semble pas déranger Neuberger, qui rit comme la souris fuyant le smilodon. Non, pire! Il rit comme la souris devant les ossements des dinosaures, vaine épée céleste du Crétacé écrasant nobles reptiles! Il faut croire que les illusionnistes se servent de satisfaction personnelle; Narcisse ignore et rejette Écho pour son propre reflet, la vanité est le prix à payer pour sa mort. C'est mieux que je le laisse ainsi, non? Je n'aime pas déranger, surtout si le rire rôde, porte fermée de l'humoriste notoire, neige négligeant nageur narcoleptique. Ah! Ahhh! Ahhhhh! Ahhhhhhh! Somme infinie de puissances impaires! Fractions factorielles! Sinus hyperbolique! Eh? Pourquoi donc? Mais parce qu'il s'est retourné! Il me parle! Ehh? Non, pas Baptiste! Pourquoi pensez-vous que ça m'aurait choqué?
Non non noN
C'est Neuberger, il m'a enfin aperçu! Gygès, Gygès, où es-tu!? Ton anneau t'a rendu vil, mais sois magnanime, ma crainte chétive t'en supplie! Avant d'écouter, protection périphérique; parapluie passant par-dessus profil, j'ouvre l'éventail devant mon visage. Caché et cachant, sache que ma tache joue à cache-cache, lâche tâche de masquer le rubis sur mon visage. Parapluie déployé tel Dubàn manié par Cù Chulainn. Sûreté assurée, je peux tendre l'oreille à Lafayette. Sonneries savoureuses, visions de vibrations, propagations du milieu environnant. Labyrinthe de labyrinthite, ma cochlée se perd un peu sur ses syllabes. En alexandrin, si possible, poésie puissante comme les douze travaux d'Héraclès. Mais lui, il parle sans pieds, hémistiches en hémorragie, n'y comprendre que dalle... Sordide, je sors ma tête légèrement au-dessus du cercle qui nous sépare.

-... Eh? Assa...ssiné? C'est que tu me prends pour Salomé? Ai-je l'air de Salomé!? Ehhh...

Je ne pense pas avoir l'air de Salomé, moi! Je n'ai rien de biblique, je l'ai déjà dit! Mais Neuberger a l'air du genre à spéculer, erreurs éjectés avec éloquence. Comme le nom de Baptiste. Une moitié vraie dans certaines langues, l'autre aussi impertinente que ma présence dans la salle initiale. Oh, mais j'y ai pris un souvenir au moins! Donc peut-être pire... Mais je n'aime pas calomnier ainsi! Alors j'attendrai qu'il explique, bref et patient et silencieux et sage, encore une fois! Enfin, j'ai brisé le silence... Mais bref et patient et sage, certainement! Certes, César censure sécession sereine. Mais nul ne néglige la nouveauté de Neuberger, relique de fer racontant le futur antérieur. Baptiste servi sur un plateau d'argent pour plaire à la fille d'Hérodiade, c'est connu. Mais? Il serait une moitié de ma Muse? Kibou et non Sommet? Et il serait prolétaires à son tour, fier enfant de Marx et de Lénine? Étonnement, saveur indistincte d'un plat plutonien, planétoïde rejeté par les astronomes. Hmmm...

-... Donc... Ehh... L'almanach de Baptiste veut qu'on trouve Salomé?

Murmurai-je, toujours caché derrière mon fidèle compagnon. Non, pas Baptiste, quand même!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kazuto Nimura

Guren no Kohai

Guren no Kohai
avatar


Second avatar : Messages : 74
Date d'inscription : 11/08/2016
Age : 24

MessageSujet: Re: Magistrat de marbre [Masuhiro +2 Max.]   Mar 21 Mar - 19:12

Satoshi Tomeina & Co... mots ▬ dialogue en #6666ff
Attrape la tête !

Te revoilà par ici, content de te revoir parmi moi. Aujourd’hui, j’ai avec moi des infos que personne d’autre ne possède ! Sauf toi, mais ça, c’est parce que tu ne peux pas t’empêcher de fouiller dans cet esprit brillant qui est le mien, mais bon, tant que tu ne vas pas les révéler à d’autres élèves, alors je veux bien que tu restes. D’autant que là, je suis aux prises avec un type des moins communs dans les environs. Tu me diras, en soi, qui est vraiment normal quand il sait sa vie en jeu, et qui voudrait fraterniser avec une personne qui pourrait être son futur meurtrier dès le lendemain de bons moments ? Tel est le paradoxe qui incombe chaque élève, et tel est le piège dans lequel chacun finira par tomber qu’il décide de s’allier avec les autres pour lutter contre les règles ou qu’il s’isole pour fuir ce monde dans lequel il est déjà dedans. Anyway !
Déjà pour commencer, jouons à un jeu toi et moi : compte jusqu’à 3 et je taperai des mains. 1, 2, 3 *clap* ! Et voilà plus d’electroID pour le moment, inutile de rajouter des infos supplémentaires dans les têtes bien trop remplies des jeunes. Et puis, avoir une telle information pour moi pourra me servir toujours à un moment ou à un autre.

- « Oh, du coup tu n’es pas le responsable de la mort de Nate, je suis déçu un peu, je pensais faire face à un candidat plein d’audace ! Oui, je sais qu’il s’appelle ainsi car c’est la seule information présente sur cet engin, il était vraiment en piteuse état dommage. Mais bon, maintenant qu’il est mort, on n’y peut rien, chercher qui a tué Nate serait une perte de temps, si c’était vraiment l’un des nôtres, le processus expliqué dans les règles serait actif. A moins que l’un de nous soit vraiment coupable, t dans ce cas, on devrait présenter cette tête à quelqu’un ! Tiens attrape ! »

A regarder de plus près cette tête et ce type, j’avais l’impression qu’il y avait un faux air de famille, tu ne trouves pas Stalkeur ? C’est parce que ton œil manque de goût je suis sûr. Enfin, maintenant je suis intrigué par ce mec qui n’a pas l’air très bavard au passage. Voyons si je peux le faire parler un peu. Un pas, puis deux, et hop je lui empreinte son parapluie pour voir s’il a un truc spécial.

- « Ce n’est pas commun de se promener avec un truc pareil en intérieur, c’est pour te protéger des éclaboussures de sang ou est-ce un simple objet de famille ? Ah au passage, j’ignore si je te l’ai déjà dit, je suis Satoshi, SHSL Prestidigitateur, qui es-tu toi ? Et pourquoi as-tu l’air d’être tant éloigné de la situation dans laquelle nous sommes ? Tu n’as pas peur de mourir ? »

Ce monde est vraiment rempli de toutes sortes de personnes, et si parfois on à l’impression que tout le monde se ressemble en apparence, c’est pourtant bien quand on ouvre les yeux qu’on se rend compte des vraies différences entre nous et les gens. Lui, était-il comme moi, avait-il déjà accepté la situation ou bien était-il juste un pion dans cet échiquier à l’abri de ce jeu ? Ou encore est-ce un simple idiot ? On dirait bien qu’il va falloir que tu reviennes pour connaître la réponse. En t’attendant, imagine moi danser comme dans ce film ou un type avec un parapluie dans sous la pluie dans la rue, car oui, le mec bizarre me donne envie de danser, alors pourquoi me retenir ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Akihiko Fugaku

SHSL Kawaii ♥

SHSL Kawaii ♥
avatar


Second avatar : Messages : 118
Date d'inscription : 11/08/2016

MessageSujet: Re: Magistrat de marbre [Masuhiro +2 Max.]   Sam 25 Mar - 4:05

Qui a votre visage?
La bonne et la mauvaise
La belle imaginable
Gymnastique à l'infini
Dépassant en mouvements
Les couleurs et les baisers
Les grands gestes la nuit

"La mort dans la conversation", Répétitions, Capitale de la douleur, Paul Éluard

Sépulture, enterrement funeste de ziggourat, mausolée néfaste, Nécronomicon de Baptitste. Almanach de fer éperdu chez Neuberger. Secrets morts, vérités naissantes, vice versa, Samsara. Menteur ou invisible, tu ne le sauras pas plus que lui. Alerte d'ambre, enfant enlevé, superstition de la téléportation, dextérité de la disparition, sans parité, fourberie d'élégie, élégance de criminel. Toi, tu n'empêches rien, témoin sempiternel de sensations extérieures, fleur blanche derrière rose rouge, Dubán épineux ne se soucie pas des manœuvres de Neuberger. Toi non plus, libertin ou libertarien, laisse-le librement échanger son capitalisme d'informations, richesse grasse de savoirs supposément exclusifs. Ricanement de rat, rien qu'il n'ait compté te dévoiler. Sans souci sur cette singularité, sainteté symbolique s'exerce sur ceci, subtle silver singing stealthily, centré sur son service. Pureté de puceau, tu attends encore un développement ou peut-être un échappatoire. Le soi est scopophobe, seule la conscience peut se regarder, sans distance à soi, ta réflexivité est plus apaisante que ce que Neuberger pourrait offrir. Du moins pour le moment, mais masquons misère de milicien, petit soldat des éclats de lumières, spartiate, Léonidas de ta Muse, Amerigo Vespucci du Souvenir. C'est une passion des gens, mais agoraphobie de l'interaction, ermitage au milieu d'Athènes, nombril avorté du monde, égos éparpillés autour de toi causant crainte inhérente chez ta chasteté. Oh! Comme tu les aimes pourtant! Leurs vies à découvrir, à emmêler, serpentins et vignes, leurs souvenirs sont vôtres, sublime imagerie à préserver, sanctuaire illuminé à perpétuer. Mais pas pour le moment, c'est plutôt une opportunité pour te tester, examen de vie occasionnel, inducteur d'anxiété de jeunot espérant impressionner et ne pas se faire brutaliser. Si ce n'était que selon l'opinion du Soi Toi Moi sans Foi, ton encre blanc de blanc sans camp ne serait jamais perçu. Mais animal en cage, tu as un devoir, un serment de Kant, moralité d'obligation, universalisation, fin et non moyen chez autrui, de converser. Paroles de magicien et oreilles d'innocent, que dis-je, d'imbécile même. Neuberger commence sa tirade, ces yeux d'or nubien n'osent pas inspecter, sans inquisition on observe calmes et béats. Les paroles de démagogue sont des paroles délectables pour celui à qui l'on ne parle jamais. Homicide irrésolu de ton compagnon, réel ami en cette scène, c'est le sujet senti sur tes cils, flétrissement de la sclérotique, iris en direction de ce Kibou sans Sommet, porté dans les mains d'un illusionniste t'illusionnant de l'idée élusive qu'il n'y ait rien d'intérêt. Et pourtant, fond de cœur insatisfait, désuet, muet, préfet, méfait, c'est fait, résolution de ta négation silencieuse face à de tels dires, en aucun cas tu n'as visité une morgue mais tu doutes laisser Salomé écrire son histoire à nouveau. Puis, Neuberger devient Walter Camp, lancé déhanché brutalité de bestialité envers celui qui suscite festivité.
Eh euh! Ce n'est pas une façon de traiter Baptise du tout ça! Charogne de félin, je me montre aussi agile que nécessaire, attrapant Baptiste en allégorie de métaphore de métalangage de figures de styles. Berceau de mes bras, je ne voudrais pas que plus de mal ne vienne à toi. Mais tu es trop biblique pour être avec moi, les gens se moqueraient de la gentillesse que tu portes envers moi. Mais non, mais non! Je suis habitué d'abandonner, c'est que je souris à l'idée des Souvenirs que tu peux faire sans que je ne t'encombre aussi! Eh? Répondre à Neuberger? Mais il n'a rien sonné de symphonique, je ne saurais mélodier à mon tour face à son manque de sonate. Plutôt, te ramener à ta chaleureuse maison, marquise d'albâtre sédimentaire. Et enlevons ce tissu de tignasse, tige terriblement testée sur ta tête! Lapin et lièvre, je sautille jusqu'à la statue pour retrouver ton majestueux domicile. Avant de refermer la porte, je renforce mon intention en murmures de mère, sourire béat de spinoziste aux lèvres:

-Ne t'en fais pas Baptiste, je ne compte pas laisser ton amnésie rôder en rapace. Je suis suffisamment Souveniriste pour savoir qu'il faut repêcher, je jure sur mon repentir, héhé!

Puis à mon tout et à mon tour je fais disparaître une beauté, amitié préservée et visite de vacances. Je ne suis pas Neuberger, donc sceller Baptiste n'a certainement pas l'air aussi régal que d'évaporer son almanach. Servitude sereine, ma tâche du moment est faite comme un flash de caméra, joie pétillante d'accomplir cette trivialité. Oh! Et pourtant! Unicité de trou noir, rayon de Schwarzchild, ravage sur ma vie et mes expériences de luciole. Fredonnant, frelon butinant, je m'apprête à me retourner, quitter, rejoindre Baudelaire dans son invitation au voyage, référence répétée dans le passé, mais c'est un poème si beau! Eh? Quoi donc? J'ai oublié quelque chose? Oh? Oh! C'est que je me suis tellement concentré sur consoler Baptiste que Neuberger ne naquit point dans mon népotisme. Je sais, je sais! Ce n'est pas très majordome comme traitement... Mais vous le savez, lui parler m'est tout aussi nouveau que vous soliloquer... Eh? J'ai oublié quelque chose d'autre? Qui? Baptiste, Neuberger... Et euh... Et euh... Heurte, mur de mirages menaçant mon mélange. Moi? Qu'ai-je? Je suis correct, j'ai Dub-...

-Ehhhhhh! Dubán!? Dubán?!

Larmoyant, c'est en serpentant mes mains sur mon dos, centipèdes sévères de mes phalanges paniquées promenant puérilement leur pouls sur ma peau que je réalise que je suis sans défense! Solitude de sénile! Asile! Non, même pas! Les psychoses ont leur boucliers, eux! Camisoles de forces et seringues d'infirmières attentionnées, pilules de paladin! Et moi? Et moi! Maladie du cœur, lyrisme de l'aube, crépuscule de mon ardeur, bonheur échoué de tragédie grecque, mais ni Homère ni Sophocle ni quelque prodige qui soit ne saurait s'y mettre à raconter ma misère! Non pas par manque de talent, mais par dégoût de xénophobe, xylophone cassé, genoux d'endetté, prêt malhonnête et perturbation physique! Tout d'un coup, sursaut pendant que je tourne déjà sur moi-même, chaos frénétique d'un soi à la recherche de soi, parapluie amputé. Neuberger! Mais euh, qu'ai-je fait pour mériter cela!? Et euh, mais euh! C'est lui qui tient Dubán! L'Australie existe vraiment pour des gens comme lui, n'est-ce pas? Soupçon du surréel, mon intuition ne se veut pas toujours aussi accusatrice. Et pourtant! De savoir cette vérité, assurance de gardien futur, vilenie vide de volition! Eh? C'est qu'il se permet assonances et allitérations à nouveau. Mais je ne veux pas prononcer des vers, je veux ravoir Dùban! Eh? Il veut en savoir plus sur Dubán? Mais Dubán est Dubán, bouclier de Cú Chulainn! Il n'y a pas moyen d'être trompette là-dessus, non? Se tromper, pomper, tomber, trombone, thrombophlébite de ses jambes interrogatrices? Eh euh... Neuberger se présente? Mais Neuberger est Neuberger, l'histoire se souvient de lui, comme les pages périodiques de mon almanach propre, bidule en binaire bienfaisant! Oh euh, oh euh! J'essaie, j'essaie, ne faites pas cette tête! C'est Neuberger qui se fait Tzara, chétif dada, irrationalité et blabla! Mais... Mais moi? Oh! C'est que j'ai oublié de faire mon portrait, épithète de prophète, je suis resté dans attribut, prédicat délicat. Même pour vous je suis rester anonyme, je m'excuse mes tsarines, je vous chante cette hymne! Mais encore et encore, itération et preuve par induction, inquisition après inquisition, l'Inquisition espagnole aurait causé la mort de biens des gens! Référence à notre première rencontre, curiosité de dépravé. Puis, c'est sans queue ni tête qu'on passe du coq à l'âne, l'anatomie et les animaux sont bien plus palpitants qu'un Moi méconnu des méandres... Mais euh... Hmmm... Vous avez sans doute raison. Politesse de politicien, entrevue d'entrepreneur, obligation d'oblique, destin hermétique, ça serait le rendre cocu que de ne pas postuler mes positions. Mais c'est que... C'est que... Secte intrinsèque, Mecque de mon malaise mâchant mes mots, maladresse morbide de ministre méticuleux... Je... Je n'ai jamais eu à répondre de manière si Cornucopée...

Eh... Euh...

... Je ne suis pas Cú Chulainn, mais Dubán est mien, tout simplement. C'est une Emer d'une Irlande que je connaissais mal qui me l'a offerte, un Jeudi de Jupiter!

Et euh... Je suis Masuhiro Sugihara, et je suis Souve-... Ehh... Vous eum... Votre note est "photographe", d'habitude, mais je ne trouve pas que c'est très archer comme description...
pépiai-je avec un certain écarlate, yeux de rivets au plancher d'architecte. Maintenant, médecine de mystères, charlatan de charabia, je devais aussi trouver une sérénade pour la suite, oui? Guitare, cithare, Icare brûle ses ailes de cire tandis que Dédale se perd dans son labyrinthe...

-Et heum... Eh... Hmmm... Éloigné... Peur de...

...

Je pense que c'est parce que je suis pèlerin. Mmhmm! Distance de dichotomie, on ne se soucie rarement de moi, je crois! Mais Sartre pourrait toujours dire que c'est de la mauvaise foi! Oui!
décryptai-je en hochant ma tête, certain de mes démonstrations, Quod Erat Demonstrandum!

Et je me dis que mourir, c'est comme oublier! C'est ça! Donc du coup, je suis dé-...

Mais euh... Qu'est-ce qu'il compose en ce moment? S'intrigue-t-il au moins? Et euh! Que fait-il avec Dubán!? Est-ce qu'il... Est-ce qu'il... m'imite? Mime de moqueur? Commedia dell'arte, caricature ridicule de mon allégresse d'antan, tentant de Dante dans les cercles infernaux? Assurance éperdue, énergie épuisée, l'humidité retourne sur mes globes et orbite mes pensées. J'aimerais simplement ravoir Dubán, puis me faire minuscule, microscopique, atomique, électrique, quantique, quarks, boson de Higgs, variété de Calabi-Yau, harmonicité de Jinsei...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kazuto Nimura

Guren no Kohai

Guren no Kohai
avatar


Second avatar : Messages : 74
Date d'inscription : 11/08/2016
Age : 24

MessageSujet: Re: Magistrat de marbre [Masuhiro +2 Max.]   Mar 25 Avr - 16:09

Satoshi Tomeina & Co... mots ▬ dialogue en #6666ff
Red Eye Iris !

On dirait que j'ai pas trop perdu la main quand il s'agit de danse ! Ne t'inquiète pas Stalkeur, je garde une oreille attentive sur chacune des paroles de mon cher camarade. Il est photographe ? Il faut être sacrément doué pour être considéré comme le meilleur dans un domaine aussi... vague ? Équivoque ? Enfin, pour moi, une photo c'est une photo, donc je ne suis pas le plus apte pour comprendre son art, donc je n'en dirai rien.
Je t'avoue Stalkeur que tout les mots de ce type ne sont pas facile à décrypter. Quand on entend parler de ses artistes qui ont leur propre bulle et leur propre univers, je pense que parmi les élèves, je viens de tomber sur le gros lot avec lui ! Il donne réellement un nom à toute chose ? Ca c'est assez origial, et je pourrai en faire de même. Duban ? C'est le parapluie j'imagine.. Baptiste ? Aucune idée ? Moi ? Non, son regard était tourné vers la tête de Nathanael. Mais pourquoi l'appeler Baptiste ? Enfin commençons par arrêter de danser. Je vais jouer avec son parapluie comme si c'était un baton de majorette, ça à l'air drôle :

« Baptiste, c'est le nom que tu donnes à cette tête hein ? Tu sais, la seule chose qu'on sait d'elle, c'est son nom : Nathanael. Essaie au moins de lui laisser ça le pauvre. Et puis, Duban ? C'est original comme nom pour un parapluie. Je vais faire comme toi et baptiser ma lentille sous tes yeux. Désormais, elle s’appellera Iris ! C'est un jeu de mots avec un double sens, tu l'as compris hein ? »

Il semble énormement tenir à cette objet pour lui donner un nom tout de même. Je me demande ce qui se passerait si jamais il était abimé ou irréparable ? Peut-être bien qu'il plongerait dans une profonde dépression ou bien il joue juste un rôle, et en aurait rien à faire. Enfin, je ne suis pas un tortionnaire et j'ai d'autres choses à faire. Je vais lui laisser pendre son Duban au niveau de son col et je vais ramasser ce pauvre Nathanael qu'il a laissé tomber honteusement.

« Tu sais quoi ? Je t'aime bien en fait, tu as l'air très spécial mais fait de tout pour faire un monde. Vu que tu n'es pas capable de te souvenir du nom de cette tête, je la garde avec moi pour le moment, et j'espère qu'on arrivera à résoudre le mystère qu'il entoure. Si jamais tu apprends des trucs sur elle ou que tu découvres une partie de son corps, n'hésite pas à venir me trouver et me l'a rapporter, même un inconnu avec seulement une tête à le droit de posséder toute les parties de son corps en un lieu. A plus tard ! »

En partant, regardons dans l'ElectroID le nom de ce garçon, vu qu'il n'a même pas pris la peine de me le donner ou bien que je l'ai juste pas écouté. Masuhiro hein ? Je sens que ça va être un type drôle.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Magistrat de marbre [Masuhiro +2 Max.]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Magistrat de marbre [Masuhiro +2 Max.]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» " J'ai vu un ange dans le marbre, j'ai vu un Dieu dans le feu " Héphaïstos & Galathée {Louis & Amy}
» Le Rocher De Marbre.
» Quelques couleurs sur le marbre [Comte] [27/09/41]
» Quel est le rôle d'un magistrat en Haiti ?
» Socle effet marbre pour le chapelain Seraphicus

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Despair Academy : Renaissance :: Le DanganRonpa :: Le DanganRonpa 1 :: Quartier de Départ : Les Coulisses. :: Aire de Tranquilité-