Il y a ving-cinq ans de cela, naquirent les Tragiques Événements qui ont plongé notre monde dans un profond Désespoir...
Aujourd'hui, le monde panse ses blessures.. Mais celui-ci n'a jamais vraiment disparu.
 

Partagez | 
 

 Occasion exceptionnelle - Partie 1 [PV : Kyoi Toyosato/PNJ : Matthias Folker]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Mitsuki Hoshizora

avatar


Second avatar : Ici le DC de Hikaru Yuugure Messages : 84
Date d'inscription : 10/06/2017

MessageSujet: Occasion exceptionnelle - Partie 1 [PV : Kyoi Toyosato/PNJ : Matthias Folker]   Lun 14 Aoû - 16:46

Occasion exceptionnelle. Partie 1


L'heure. À ne pas rater. Hâte absente. Obligation aucune. Désir inexistant. Ou sinon tu le cachais. Encore derrière cet air calme. Ce visage absent. Quand on accrochait tes accessoires. Quatre roses mauves. En ligne, vers la gauche. Finies par un nœud de même couleur. Tu mis tes gants. Blancs. Comme ton ruban. Ou le jupon. Ou le bloomer. Cachés par ta robe. Tu réajustas les manches de ta blouse. Celle sous la robe. Au dessus des gants. Puis contact coupé. Contact avec ton reflet. Reflet insupportable. Un souffle. Agacé et soulagé. Position debout. Arrangement du col. Tout était bon. Vêtements plutôt pratiques. Longs et opaques surtout. Un regard. Une précaution. Pas cette fois. Ça devait t'être inutile. Normalement. Mais prudence oblige. Tu la pris. Dans le petit sac. Violet, comme ta tenue. Deux poches. Une ouverte. Pour ton carnet. Pour ton Electro-ID. L'autre fermée. Pour cette dite précaution. On accrocha ta capeline. Ce fut fini. Tu avanças. Pensée. Un vieux contact. Lien de ton parrain. Histoire de dettes à te rembourser. Dette inexistante à tes yeux. Tu devais le faire. Tu l'as fait. Ça te semblait normal. Tu  mis tes chaussures. Mary Jane violettes. Tu quittas la loge. On te complimenta. Te remercia encore. Tu éconduisais. Puis ton parrain et son fils intervinrent. L'heure. À ne pas rater. Tu montas dans la voiture de ton parrain. La route commençait.

Celle-ci se passa dans le silence très vite brisé par son parrain qui rappelait les énièmes recommandations, énièmes instructions et énièmes conseils de prudence, mais elle remarquait que là, c'était le parrain qui parlait dans le ton, même si les mots n'étaient pas ceux d'un parrain, son inquiétude se faisait sentir, comme quoi, il sentait quelque chose qui l'avait conduit à rendre plus floue cette double image qu'il avait aux yeux de la jeune fille laissant les deux s'exprimer en même temps, alors que le fils de celui-ci tentait de détendre les choses en déclarant qu'elle avait assez d'expérience pour savoir ce qu'elle devait faire ou ne pas faire, comme si ces mots étaient inutiles, bien qu'ils aient touché la concernée, ayant l'impression pour la première fois depuis longtemps qu'on lui parlait à elle, si bien que le temps du transport jusqu'à devant son lycée avait fini par lui paraître ridiculement court, n'ayant pas eu le temps de regarder la ville à travers la vitre, occupée par les deux personnes au devant de la voiture, mais elle en descendit, s'inclinant respectueusement devant eux avant de rentrer dans l'institut, une fois le véhicule hors de vue, se dirigeant vers la salle de réception si impressionnante qu'elle se figea devant celle-ci pendant plusieurs instants.

By Paysanne

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

Invité

avatar



MessageSujet: Re: Occasion exceptionnelle - Partie 1 [PV : Kyoi Toyosato/PNJ : Matthias Folker]   Mar 15 Aoû - 17:19

Occasion exceptionnelle. Partie 1


Aujourd'hui, c'était LE jour. Quel jour ? Et bien, vu l'heure à laquelle Kyoi c'était levé, il semblait que lui-même l'ai oublié. Non mais, quel honte, il était supposé être de l'élite du Japon quand même ! Mais avant d'être une élite -chose qu'il avait même tendance à oublier- Kyoi était un adolescent normal. S'habillant avec des vêtements lui étant classique, sa fidèle veste noire - bien que blanche à l'intérieur, un jean quelconque et un simple T-shirt marron, et trouvant cette tenue correcte pour sortir. Pourquoi s'embêter à faire compliqué, de toute façon ? En faites, ce n'est qu'en sortant de sa chambre et croisant une de ses soeurs qui l'interpellait qu'il se dit qu'il avait peut-être zappé quelque chose.

" - Kyoi, qu'est-ce que tu fabriques ?
- Hm ?
- ... Me dis pas que t'as oublier ? "

Après 5 minutes d'intense réflexion, et un "Ah.", effectivement il lui semblait bien avoir oublié un petit truc. Un petit truc ? Il avait carrément zapper que c'était la soirée de célébration, aujourd'hui, quand même ! Vivre dans une famille nombreuse pouvait parfois être compliqué, mais c'était sacrément utile dans certaines situations. Comme celle là, par exemple. Et c'est ainsi qu'il décida de faire marche arrière, histoire d'être un minimum présentable... Ou de juste ne pas avoir l'air d'un touriste. Il n'a jamais été doué pour ce genre de chose, faisant que rarement gaffe à ce qu'il met. Mais il devait faire un effort, en tant que grand-frère de la famille.

" - Ah, maintenant que tu le dis... J'avais oublier, désolé, Saku-chan ! "

Quelques minutes plus tard, il changea finalement d'avis, voyant qu'il n'avait rien de particulièrement correcte à mettre excepté l'uniforme du lycée ( il en avait marre de cet uniforme, d'ailleurs ), et constatant également que ses cheveux refusaient de rester en place. Bah, il y pouvait rien. Il avait essayer. Puis c'était pas très important. C'est à peu près dans ce contexte qu'il est parti de chez lui, sous le regard désespérer de sa petite soeur (qu'est-ce qu'ils vont faire de lui, franchement ?), et en se dépêchant avant que ses parents ne se lancent dans d'interminables listes de reproche concernant le fait qu'il devait montrer l'exemple, qu'il ne devait pas leur faire honte, et blablabla...

Il habitait plutôt loin de Kibougamine, donc il dû prendre le métro. Il n'y a rien d'intéressant à son trajet, donc, et il doute même que quelqu'un puisse reconnaître qu'il soit bien un étudiant de ce prestigieux lycée sans son ID. Kyoi pouvait bien faire tâche parmi les autres élèves, il s'en fichait royalement de l'impression qu'il renvoyait, et de ce que les autres pouvaient en penser. Ce n'est pas comme s'il se prenait au sérieux à la base, et ce n'est pas dans le contexte d'une soirée que ça changerait comme par magie. Même s'il savait se tenir un minimum, évidemment.

L'éducateur soupira lorsqu'il fût enfin arrivé, s'étant ennuyer à mourir. Si il aurait su, il aurait demander à quelqu'un de l'accompagner... Enfin, il se connait, il aurait eu du mal à l'abandonner pour la soirée, et il n'avait pas le droit d'emmener de membre de sa famille là-bas, donc c'était un mal pour un bien. La raison de pourquoi Kyoi venait au lieu de tout simplement sécher était parce que c'était l'occasion parfaite pour embêter ses petits camarades, ou pour tout simplement faire connaissance. Et c'était pour la même raison qu'il ne se prenait pas la tête plus que ça. Il entra tranquillement dans la salle de réception, plutôt grande d'ailleurs. Enfin, c'était Kibougamine, à quoi devait-il s'attendre d'autre ? Dans tout les cas, ça restait impressionnant.

" - Waouh, ils font vraiment pas les choses à moitié ici ! "

Maintenant, il n'avait plus qu'à trouver quelqu'un et... Oh, tiens. Il y avait cette fille aux cheveux mauves. C'était une étudiante en deuxième année, il lui semblait. En tout cas, s'il l'avait déjà vue, retenir qui c'était était une autre histoire. Il décida d'aller la voir, n'ayant rien de mieux à faire. Il pouvait déjà entendre dans sa tête sa soeur lui reprocher d'aller parler au gens comme ça, mais il y pouvait rien s'il était du genre à aller vers les autres directement au lieu d'attendre qu'ils viennent vers lui !

" - Salut, on s'est déjà parler ? Kyoi Toyosato, SHSL Educator. "

By Paysanne

Revenir en haut Aller en bas
Mitsuki Hoshizora

avatar


Second avatar : Ici le DC de Hikaru Yuugure Messages : 84
Date d'inscription : 10/06/2017

MessageSujet: Re: Occasion exceptionnelle - Partie 1 [PV : Kyoi Toyosato/PNJ : Matthias Folker]   Mar 15 Aoû - 19:18

Camarade.


Émerveillement. Ou crainte. Ou trac. Ou autre émotion. De quoi te figer. De quoi t'absenter. Plusieurs secondes. Inattention non complète. Toujours sur tes gardes. Ni émerveillement. Ni crainte. Ni trac. Ni autre émotion. Air absent. Intention dissimulée. Juste repérage. Repérer. Analyser. Passer au scanner. Regarder attentivement. Tout le lieu. Tes yeux te le permettaient. C'était même plus facile. De bons yeux. Un prérequis. Beaucoup de monde. Des camarades. Des cadets. Des aînés. Du personnel. Des professeurs. D'autres. Et enfin. Le voilà. Telle une cible. Tu l'avais vu. Repéré presque. Clignement d'yeux. Trop de monde. Difficile à suivre. Abandon impossible. Ou sinon présence inutile. Point de vue large. Trop large. Tu devrais entrer. Maintenant. Ou plus tard. À toi de voir. Réflexion légère. Rappel surtout. Tu n'oublies pas. Tu ne pouvais. Tu savais. Le nécessaire. L'utile. L'impératif. Rappel tournant en boucle. Rappel noté. Rappel mémorisé. Rappel imprégné. Rappel compris. Attente inutile désormais. Début effectué. Verrou apposé. Tout se passait. Juste le début. Suite inconnue. Suite bientôt connue. Suite à atteindre. Temps s'écoulant. Heure atteinte. Passage à la suite. Nécessaire. Utile. Impératif. Tu bougeas de nouveau. Mains sur l'anse du sac. Serrées un peu. Desserrées puis tombantes. Le long de ta jupe. Un souffle.

Un moment donc parfait pour que quelqu'un vienne et se mette à parler, assez fort pour qu'elle l'entende, se préparant donc à être interpellée, elle qui devant la salle, ne pouvait pas user de sa discrétion légendaire face à de nouveaux arrivants, de ce fait, elle se retourna vivement pour voir son camarade de classe que sa voix avait trahi, lui aussi impressionné par l'endroit, comme beaucoup d'autres, mais cela ne lui paraissait pas utile pour elle, qui observa juste la tenue de celui-ci, qui n'avait rien de spécial si ce n'était qu'il avait mis une tenue de ville pour aller à la soirée, ce qui ne la dérangea pas, l'important étant qu'il soit bien dedans, même si elle, dans sa tenue, ne pouvait pas en dire autant, mais pour une occasion exceptionnelle, elle avait jugé sage de fournir un effort, bien que sans l'intervention de son parrain, sa tenue aurait été tout autre, et c'est ainsi que lorsque son camarade, ayant visiblement une faible mémoire, se représenta à elle, ça ne lui posait pas de problème non plus, elle n'avait pas eu tant d'interaction que ça avec ses camarades depuis son transfert, alors elle s'inclina moyennement face au jeune homme avant de sortir son Electro-ID de son sac, mis, comme toujours, à la page de son profil, avant de le ranger quelques minutes plus tard, une fois sûre qu'il ait lu le nécessaire.

By Paysanne

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

Invité

avatar



MessageSujet: Re: Occasion exceptionnelle - Partie 1 [PV : Kyoi Toyosato/PNJ : Matthias Folker]   Jeu 17 Aoû - 9:27

Occasion exceptionnelle. Partie 1


Kyoi se serait attendu à ce que sa camarade lui réponde oralement, mais non, elle lui montra tout simplement son électro-ID. Bon, ça marchait aussi, pour se présenter... Puis si ça se trouve, elle pouvait être timide, voir carrément muette, ce n'était pas comme si il pouvait l'avoir deviner en était aller lui parler ! Mais peu importe, dans tout les cas ça ne changeait pas grand chose pour lui : Hoshizora Mitsuki, ça ne lui disait rien du tout, malheureusement. Même en disant le nom à voix haute (mauvaise habitude de lire à voix haute...).  Pas que ça l'étonnait particulièrement, il a certes une mauvaise mémoire par moment, mais pas au point d'oublier quelqu'un avec qui il aurait parler, même si ce n'était que pendant peu de temps. C'était surtout une bonne excuse pour commencer une conversation.

" - Je vois... Bon bah, enchanté de faire ta connaissance, Hoshizora-Chan ! "

De ce qu'il avait lu, elle était donc la SHSL Astronome ? C'était assez intéressant. Enfin, il supposait, il y connaissait rien en astronomie, lui. Kyoi connaissait le nom des planètes du système solaire et de quelques étoiles, et ça lui semblait suffisant puisque c'était loin d'être dans son domaine.  En regardant ailleurs, il remarqua qu'il y avait beaucoup de monde, quand même, presque à s'en demander pourquoi embêter cette fille là en particulier. Et bien... C'est le hasard. Il reconnaissait quelques étudiants et quelques membres de l'administration de vue, et quelque chose lui passa par la tête. Une question, plus précisément, qu'il posa aussitôt son regard et attention revenue vers sa camarade.

" - Tu es nouvelle, du coup ? "

Il aurait peut-être pu y penser avant : certes, il avait dû la voir de loin il y a peu de temps, mais ça ne voulait pas dire qu'elle était là depuis le début, et donc ça expliquerait pourquoi il ne lui avait pas encore parler. Qu'est-ce que cette information lui apporterait ? Concrètement... Rien. Il était juste curieux, puis comme dit plus haut, ça lui était passer par la tête, c'était tout. En attendant une éventuelle réponse, l'architecture de la pièce lui semblait d'un coup extrêmement intéressante, Kyoi laissant son regard se balader aux alentours et son attention revenir de temps en temps à son interlocutrice.

By Paysanne

Revenir en haut Aller en bas
Mitsuki Hoshizora

avatar


Second avatar : Ici le DC de Hikaru Yuugure Messages : 84
Date d'inscription : 10/06/2017

MessageSujet: Re: Occasion exceptionnelle - Partie 1 [PV : Kyoi Toyosato/PNJ : Matthias Folker]   Jeu 17 Aoû - 13:28

Interaction.


Lecture. Rapidité. Rapidité à ranger. Outil presque compromettant. Outil en dévoilant trop. Aucun besoin de savoir. Des connaissances inutiles. Pour lui. Connaissances qu'il pourrait avoir. Moment à retarder. Plus tard. Mieux ce sera. Tu fonctionnais ainsi. D'où ta rapidité à le ranger. Avant même qu'il ne te réponde. Sac ouvert. Puis fermé. Carnet visible. Pas d'importance. Écouter d'abord. Sa réponse. Sa réaction. Vu quelques fois en classe. Quand tu y étais. Effort de présence. Effort temporaire. Tu n'étais là pour ça. Pas pour étudier. Mais tu avais été présente. Quelques cours. Voir tes camarades. Dont lui. Archétype similaire. Joie similaire. Pensée. Sa façon de parler. Celle dont il te nommait. Nom de famille. Variante. Suffixe de familiarité. Encore. Ça te déplaisait. Relations inutiles. Pas la raison. Celle de ta venue. De ton transfert. Éducateur. Tel un grand frère. Familiarité. Tu n'affichas rien. Mais ça ne te plaisait pas. Continuant d'observer la salle. Besoin de repérer. L'interlocuteur aussi. Personne devait échapper. Besoin d'appuis sûrs. Regard voyageant. Tel une navette. La salle. Le camarade. Le camarade. La salle. Lui aussi regardait. Volonté du hasard. Présence sur son chemin. Il ne l'embêtait pas. Pas vraiment. Tu y pensais encore. Pas si bonne idée. Faudrait le faire. À un moment.

L'idée d'entrer ne l'enchantait pas tant que ça, mais celle de rester ici encore moins, pourtant, sans certitude, l'avancement serait compromis, mais le voilà avec une question que les plus absentéistes ont tendance à lui poser, et à laquelle elle n'avait qu'une seule réponse, qu'importe si ça ne lui plaisait pas, dans la mesure où même discrète, les nouveaux étudiants finissaient toujours par se voir, ce qui l'obligeait un peu à être présente en cours, sauf que c'était passager, tout comme on s'intéressait énormément à quelque chose de nouveau pour ensuite le délaisser dans un coin et faire comme si cette nouveauté avait toujours été là, ou bien n'avait jamais existé, ce qu'elle espérait voir vite, tant elle n'aimait pas répondre à une rafale de questions, comme si elle subissait un interrogatoire, aléas d'une vie étudiante qu'elle commençait à connaître, mêmes aléas qui lui firent hocher la tête en soutenant le regard du jeune homme lorsqu'il revint à elle, ce qui arrivait plusieurs fois, ses yeux or faisant la navette entre elle et la salle impressionnante pour certains, mais qui ne la mettait pas forcément à l'aise, et, pour prévenir toute question supplémentaire concernant son absence de réponse orale, elle exécuta quelques signes pour lui faire part de son récent mutisme.

By Paysanne

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anastasia Moskovskaïa

Admin

avatar


Second avatar : Messages : 183
Date d'inscription : 28/07/2016
Age : 20

MessageSujet: Re: Occasion exceptionnelle - Partie 1 [PV : Kyoi Toyosato/PNJ : Matthias Folker]   Lun 28 Aoû - 10:47

Matthias Folker


" J'espère que vous profitez bien de votre soirée les jeunes ! "


Disait Matthias, en apparaissant derrière vous, une femme inconnu au bataillon au bras et un verre de vin dans une main. Il était tout sourire, voir légèrement pompette. Son accent nordique se faisant encore plus présent qu'à la norme. La belle plante à ses côtés se contente de glousser, remplissant ainsi son rôle de plante verte. Il semblait fort envahissant, comme si venir vous interrompre pour s’incruster était le plus grand de ses plaisirs. Il vous sourit comme un imbécile heureux comme pour attendre que vous lui répondez ou que du moins vous interagissez avec lui.

Faites attention à ce que vous dites. Vous allez bien risquer d’être noyé sous le flot de parole glorifiante de sa femme (qui n’est évidemment pas la femme à son bras) ou de sa chère fille de 10 mois.


By Paysanne

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mitsuki Hoshizora

avatar


Second avatar : Ici le DC de Hikaru Yuugure Messages : 84
Date d'inscription : 10/06/2017

MessageSujet: Re: Occasion exceptionnelle - Partie 1 [PV : Kyoi Toyosato/PNJ : Matthias Folker]   Mar 5 Sep - 13:36

Intrusion. Commencement


Recherche. Départ. Tant pis. Il reviendrait. Réflexion. Choix des mots. But à atteindre. Nécessités. Pensées brouillées. Temporairement. Musique sonnant. Son discordant. Accord introuvable. Fil perdu. Encore. Le voir. Précipitation désirée. Arrêt obligatoire. Au buffet. Ne pas divaguer. Faire fi de ça. Problème. Regard vide. Pas calme. Vide. Tu fixais. Un point. Différence inexistante. Encore. Respiration retenue. En cas de noyade. Encore. Noir. Le reste. Trouble. Intérieur. Tu devais te calmer. Tu ne montrais rien. Encore. Contrôle léger. Habitude. Part de toi. Personnalité. Épreuve. Face à elle. Aucune descente. Descente nécessaire. Ça montait. Encore. Tu avais du mal. Limite. Tu ne pensais pas. Contact rapide. Besoin de se raccrocher. Encore. Quelque chose. Ou ça se verrait. Tu ne le permettrais. Tant que tu pouvais. Conscience s'en allant. Temps disparate. Action nécessaire. Action rapide. Automatisme. Enfin activé. Main gauche. Direction. Milieu de la poitrine. Contact. Sensation. Souffle. Yeux fermés. Apaisement. Courage. Contrôle repris. Ouverture des paupières. Pas la première fois. Répétition. Fréquence faible. Penser à s'interroger. Un autre moment. Concentration exigée. Raison. Tu oublierais. Inutile. Absence de choix. À faire. Encore. Inspiration. Expiration. Pas en avant. Arrêt. Voix. Repérée. Le secrétaire. Yeux fermés. Volte-face. Pas seul. Toi non plus. Une intrusion. Un commencement. Encore.

Son habituel regard calme retrouvé, la deuxième année agissait comme si elle n'avait jamais ressenti que ce calme alors qu'elle s'était retournée sans sursauter ni sourciller à ces présences et observait l'adulte et la femme à son bras, il avait un verre d'alcool à l'autre main, mais la femme ne devait pas être de l'académie à moins qu'elle ne l'ait pas vu à cause de son récent transfert, ce qui était tout aussi probable, mais il lui semblait pourtant que les étrangers n'étaient pas autorisés, ce qui l'avait arrangée pour ne pas avoir le fils de son parrain sur le dos, déjà que l'avoir la plupart du temps en dehors n'était pas une mince affaire pour ses nerfs constamment mis à rude épreuves par les soins de celui-ci, il fallait qu'elle prenne une pause, bien que le temps passé dans cette académie ne puisse être considéré comme tel, cela avait ce mérite, aussi léger soit-il, donc toute plainte était inutile et mal placée, se contentant de faire vagabonder son regard entre son camarade et le secrétaire, elle nota qu'il semblait attendre une réponse, réponse qui ne viendrait pas d'elle du moins, pas une réponse vocale puisqu'elle se contenta de s'incliner relativement bas, au vu de la position hiérarchique du nordique, puis, s'apprêtant à prendre le carnet dans son sac, elle se ravisa quelques secondes avant de le reprendre, écrivant de sa main droite.

« ''Et vous ? Concernant votre travail, ou votre famille ?'' »

By Paysanne

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anastasia Moskovskaïa

Admin

avatar


Second avatar : Messages : 183
Date d'inscription : 28/07/2016
Age : 20

MessageSujet: Re: Occasion exceptionnelle - Partie 1 [PV : Kyoi Toyosato/PNJ : Matthias Folker]   Sam 23 Sep - 11:58

Matthias Folker


Il s'est approché de plus près, afin de pouvoir lire ce qui était écrit, s'est après un bref clignement de yeux qu'il prend un rire gras, venant des tripes, laissant échapper un soupire chez sa compagne du moment, non sans qu'elle affiche déjà une mine crispée. On pouvait comprendre dans son expression un "et c'est reparti pour un tour..." Mais cela ne dérange en rien le secrétaire qui prend une pose grotesque en sortant de sa poche une photo de sa femme et de sa fille. Pour ensuite s'exclamer d'une forte voix :

" Le travail est dur, mais au diable le travail quand je possède les plus belles créatures que ce monde est connu ! Oh Maria, ma très chère femme adorée, la plus belle des femmes et la plus fantastique des mères ! Et ma douce Christine, une merveille de la nature et l'être le plus adorable qu'il soit possible d'exister !

D'ailleurs, vous ai-je déjà dis que ma Christine d'amour a dit le mot "Papa" il y a de cela très exactement 3 mois, 2 semaines, 3 jours, 15 heures, 43 minutes et 18 sec- ah non 19 maintenant - ah 20 en fait... breeeeeef. N'est-ce pas la plus merveilleuse des filles !? "


Vous l'avez complètement perdu.  


By Paysanne

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mitsuki Hoshizora

avatar


Second avatar : Ici le DC de Hikaru Yuugure Messages : 84
Date d'inscription : 10/06/2017

MessageSujet: Re: Occasion exceptionnelle - Partie 1 [PV : Kyoi Toyosato/PNJ : Matthias Folker]   Mer 27 Sep - 14:37

Entretien.


Exaspération. De la femme. Toi aussi. Éducateur parti. Qu'importe. Juste un figurant. Cible présente. Questions en tête. Choses à faire. Ne pas s'égarer. Pas comme lui. Il commençait. Route commencée. Destination non connue. Destination bientôt connue. Assez lucide pour lire. Jusqu'ici ça va. Maintenant la suite. Suite te rendant méfiante. Tu l'étais toujours. Méfiante. Rire. Question simple. Question sans risques. Voilà pourquoi tu l'as posée. Calcul. Réflexion. Ce que tu pouvais faire. Ce qui ne t'était permis. Limites à connaître. Limites trop connues. Avancement faible. Avancement quand même. Avancement nécessaire. Avancement se voulant discret. Tu te méfiais. On se méfiait. De toi. Peut-être. Rarement présente. Peu connue. Bien moins appréciée. Ça t'allait. Disposition adéquate. Prise pour ça. Puis une photo. Image. Regard attentif. Observation. Visages. Fond. Trucages. Ressemblances. Différences. Rien ne devait t'échapper. Tes bras tombant. Plus d'écriture. Pour le moment. Main droite habile. Moins que la gauche. Gauchère oblige. Regard de la photo. Intérêt dissimulé. Intérêt néanmoins présent. Intérêt réel même. La famille. Valeur importante pour toi. Main au niveau de la poitrine. Vraiment important. Y penser. Regard derrière toi. Idée peu brillante. Briller.  Idée inutile. Idée angoissante. Idée définitivement pas brillante. Concentration sur le secrétaire. À nouveau. Plus judicieux. Plus sûr. Moins douloureux.

En écoutant le nordique alcoolisé, la demoiselle ne pouvait s'empêcher de penser à quelqu'un d'autre, de ne pas voir un adulte d'abord, vu comme il babillait, il était plutôt semblable à un enfant, et ensuite, quelqu'un d'autre lui apparût en mémoire, bien malgré elle et ses efforts pour se contenir, sachant d'avance qu'elle marchait sur un terrain sensible notamment pour elle, et que ce n'était pas le moment pour faiblir, enfin, dans ce genre de cas, et elle le savait pour en avoir une expérience assez conséquente, faiblir était une option interdite, que personne ne pouvait se permettre à aucun moment, surtout pas elle, bien que cela ne relève que de sa décision, et elle le savait, c'était pour cela qu'elle secoua légèrement la tête pour balayer ses pensées ne cessant de divaguer encore sur un point dangereux, préférant écouter l'histoire de la fois où la fille de l'homme avait prononcé le mot ''papa'', bien que quelques souvenirs désormais amers tentèrent de refaire surface, elle garda la tête hors de l'eau afin de réfléchir à quel genre de question poser, hésitant entre se demander si c'était le premier mot de la petite ou bien si le membre du corps enseignant avait une autre famille, car c'était une chose d'en fonder une, malgré l'absence d'envie qu'elle éprouvait face à cette idée, mais il était bien issu d'une famille lui aussi, alors mimant l'attention forte avec un attendrissement réel avant de pencher la tête sur le coté, de manière à l'inviter à continuer de manière muette, comme elle devait l'être.

By Paysanne

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Occasion exceptionnelle - Partie 1 [PV : Kyoi Toyosato/PNJ : Matthias Folker]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Occasion exceptionnelle - Partie 1 [PV : Kyoi Toyosato/PNJ : Matthias Folker]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Partie de plaisir
» Pour une occasion très spéciale !
» Matthias Wil'Cox {By Myaw}
» L'heraldique des blasons - Partie 1
» L'homélie de Mgr. Louis KÉBREAU à l'occasion de l'investiture du président Marte

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Despair Academy : Renaissance :: L'Academie Kibougamine :: Le Bâtiment Principal :: Le Rez-de-chaussée :: L'Auditorium :: Event (spécial 1 an) :: Zone #1 - La salle de danse-