Il y a ving-cinq ans de cela, naquirent les Tragiques Évènements qui ont plongé notre monde dans un profond Désespoir.. Aujourd'hui, le monde panse ses blessures.. Mais celui-ci n'a jamais vraiment disparu.
 

Partagez | 
 

 J'ose espérer que le ridicule rend VRAIMENT plus fort !! [PV : Shousha]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Hikaru Yuugure

Maître de la CB

Maître de la CB
avatar


Second avatar : Messages : 161
Date d'inscription : 12/08/2016

MessageSujet: J'ose espérer que le ridicule rend VRAIMENT plus fort !! [PV : Shousha]   Ven 18 Aoû - 15:49

Entre questions et complaintes...


« Nakagawa ! Valentine ! Arrêtez !! Arrêtez !! Noon !!! »

C'est à peu près ce que j'ai hurlé tout le temps qu'on était dans la chambre de Nakagawa, et les esprits tordus se calmeront, on est à trois dans une chambre, sur le lit avec elles au dessus de moi en train de me débattre pour ma liberté parce qu'elles ont pris au sérieux ce que j'ai dit à Shouheki. C'est à dire que si la machine foireuse de l'autre animateur me casait avec lui, je me ferai passer pour une fille. Sauf que je ne le pensais pas ! Je n'ai jamais voulu ça !! J'y croyais même pas ! Et je refusais de croire tout du long que Valentine m'immobilisait en se tordant pendant que Nakagawa me déshabillait pour me rhabiller avec un sourire sadique. J'ai eu la peur et la honte de ma vie, si quelqu'un voit ça je suis fini. Je sais que j'ai promis à mon frère et à Kaito de ne plus faire de conneries concernant ma vie mais là vu le déshonneur que je subirai, même changer de planète ne suffirait pas ! C'est uniquement lorsque je me suis retrouvé dans la tenue d'une cyber-chanteuse fan de poireaux à la voix tellement stridente qu'elle viole les oreilles, et avec en plus, des couettes -bon sur le coup je félicite les filles d'avoir réussi à faire quelque chose de mes cheveux vu que je ne les touche presque pas et que leur qualité ne m'aide pas- que j'ai dû me rendre à l'évidence. Elles avaient réussi leur coup et moi, entre ma carrure de gringalet qui se soigne et mon absence d'envie de les blesser, j'ai un peu participé à leur sale coup. La machine avait raison de les fourrer ensemble, quand on voit le résultat ! Puis après on a eu droit à un long débat sur ''est-ce qu'on le maquille ou pas ?'' qui s'est fini par ''il a le visage assez féminin comme ça, il en a pas besoin'' en gros. Et je ne sais pas du tout comment je suis censé le prendre et certainement pas par derrière ! Dire que je vais devoir rester comme ça jusqu'à la fin de la soirée...mais même devant ma sœur je ne pourrai pas me montrer comme ça ! Si jamais elle me voyait, ou Seïa-onii-chan, je crois que ne pas rire leur sera impossible...mais pourquoi il a fallu que je dise ça bordel ?!

Je devrai faire gaffe à mes paroles plus souvent. Ainsi, après toutes ces aventures, j'ai bien évidemment tenté de m'échapper en fonçant dans ma chambre, quitte à mettre des habits plus civils -Nakagawa m'ayant empêché de reprendre mon uniforme carrément stocké dans la chambre de Valentine-  et bien évidemment, j'ai échoué. Mon intention était si flagrante que ma camarade de classe m'a, au bout de quelques pas, attrapé par la cravate de ma tenue et traîné dans les couloirs comme si j'étais son chien. Évidemment, je me suis comporté comme un chien silencieux mais enragé. Le truc c'était que si je ne suivais pas son rythme, je finissais étranglé et franchement, j'avais pas trop envie de ça. Et puis elle craint pas que je fasse ridicule à coté d'elle ?! Je veux dire...j'ose espérer que ça se voit de près et de loin que je suis effectivement un garçon, alors me retrouver en jupe devant tout le monde, c'est pas ce qui met le plus à l'aise. Donc un garçon en jupe, et qui est complètement ridicule -car il n'y a pas à dire, je me sens encore plus ridicule que mon frère lorsqu'il laisse accidentellement tomber la serviette qui le couvre une fois sorti de la douche- à coté de Nakagawa qui est plutôt -très- jolie dans sa tenue mais ma fierté -ou ma peur d'avoir une réaction négative de sa part- m'empêche de le lui dire. Du coup je me laisse traîner misérablement par ma camarade en silence jusqu'à ce qu'on arrive devant la salle de réception, et là, c'est non ! Je veux retarder cette fatalité au plus tard possible en faisant tout pour croiser le moins de personnes possible. Moins j'en vois, mieux je me porte, mais surtout, dans ce cas présent, n'importe qui dans ma position me comprendrait. Franchement à qui ça fait plaisir de devoir s'afficher dans des vêtements qui ne sont pas les siens ?! Vite, faut que je trouve un truc avant qu'on ne passe la porte où je suis définitivement fichu...n'importe quoi...ah oui ! J'ai failli oublier ! Shouheki m'a donné ''rendez-vous''...je ne sais pas si l'habit fait vraiment le moine, mais j'ai l'impression que même ce genre de pensées est louche lorsqu'on porte des vêtements de fille. Je comprends pourquoi ma sœur se sent si mal à l'aise à l'idée de porter jupes et robes maintenant.

« A...Attends Nakagawa...Il y a Shouheki qui veut me voir dehors ! J'ai des questions à lui poser. »

Ces mots prononcés juste devant la porte de la salle de réception auront le mérite de la faire diminuer sa prise sur ma cravate. Pendant plusieurs minutes, j'avais oublié comme il faisait bon de respirer un peu d'air frai surtout qu'avec tout ça, mon visage est devenu plus rouge que jamais. Après m'être permis un soupir de soulagement, je ne perdis pas plus de temps pour lui expliquer la situation avant qu'elle ne pose la question. Pas très poli certes, mais je me passerai volontiers de ses questions type interrogatoire. Je ne sais tellement pas sur quel pied danser avec elle que je préfère m'en méfier, ce n'est pas très sympa mais je suis incertain en même temps. Pour résumer, Shouheki est le seul qui n'a pas été affecté par le coup de mou ayant frappé les participants à la simulation -Nakagawa incluse- et il m'a dit quelques mots à ce sujet, puis suite à un incident que je refuse de relater, on s'est rappelés qu'on était surveillés. J'ai commencé à lui posé des questions sur le sujet, et par chance, il a été plutôt coopératif, ce qui m'arrange, car plus j'en sais, mieux je pourrai appréhender ce que cette académie nous cache. Mais comme on était surveillés, on a décidé de se retrouver dehors pour éviter les potentielles indiscrets pendant qu'il me fera sa déposition...enfin me dira tout ce qu'il sait. Ce n'est pas l'heure de parler en termes policiers que je sache. Sauf qu'à peine ai-je eu le temps d'accepter sa proposition que je me suis retrouvé embarqué par Nakagawa et Valentine pour finir dans...ce truc que je dois porter jusqu'à la fin de la réception à cause d'une ineptie que j'ai sorti et qui va faire le bonheur de l'expert informatique me servant de camarade. Si la honte était une cause de mort, je voudrais qu'elle me frappe maintenant. Enfin, j'attendis quand même avec crainte la réaction de ma camarade une fois mes explications données, ce qui ne tarda pas vu que me traînant manu militari par la cravate, elle m'emmena dehors...je ne sais pas si je dois lui dire que vu comment les choses sont engagées, elle n'a plus besoin de me maintenir ainsi...

Mon cas ne s'arrangea pas une fois dehors, avec le vent qui commence à souffler et là, réflexe terriblement féminin, je tentai d'empêcher ma jupe de voler en mettant les mains dessus...bordel pas ça, pas maintenant...et ce n'est pas le pire. Le pire, c'est d'apercevoir Kaito un peu plus loin et de craindre qu'il ne regarde dans ma direction...si je lui dis que c'est la conséquence d'une de mes énièmes bourdes je ne sais pas s'il va rire ou bien me regarder avec le plus grand des scepticismes en doutant de ce que je dis. Lorsque je crus donc voir son visage se tourner en notre direction, je me dépêchai de détourner le mien, rouge d'embarras. Jetant un œil timide en sa direction, je remarquai aussi une fille -celle que j'avais bousculé l'autre fois, l'astronome exécrable- qui passait derrière lui, mais comme si, par miracle, Nakagawa avait compris ma détresse, elle m'entraîna plus loin, sûrement à la recherche de Shouheki. J'ose espérer qu'elle sait que je ne mens pas, vu comme je suis nul en la matière. Enfin, le pire est à venir je le sens. Même si je doute qu'on puisse faire pire que me travestir en fille s'il s'agit de me foutre la honte et une sérieuse envie de me cloîtrer pendant plusieurs jours...ce que je compte faire une fois retourné dans ma chambre et débarrassé de ce costume qui me met plus que mal à l'aise ! Et là...voilà Shouheki, que je n'osai pas regarder, gardant les mains sur ma jupe. C'est alors que ma camarade me lâcha, et sous la surprise, je me suis retrouvé à genoux pendant quelques instants, incapable de me relever sous la gêne, le regard ailleurs, ma voix commença à partir dans des aigus que je ne me connaissais pas pour m'adresser à lui avec une très très forte envie de me cacher.

« Me...me voilà...sh...Shouheki... »

Fallait que je me reprenne ! Je suis un garçon bordel ! Qu'importe les doutes de certains ! Et donc, je me relevai en dépoussiérant le tissu devant me servir de bas, à croire que je commençais à m'habituer au costume, avant de m'adosser à un arbre, les mains derrière le dos, non sans maudire copieusement mon camarade à cause de qui je me suis retrouvé dans cette tenue ridicule !

HRP:
 

By Paysanne

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shousha Shouheki

avatar


Second avatar : Messages : 59
Date d'inscription : 10/08/2016
Age : 22

MessageSujet: Re: J'ose espérer que le ridicule rend VRAIMENT plus fort !! [PV : Shousha]   Sam 19 Aoû - 17:27

C'est un homme ? C'est une femme ? Non ! C'est...


Après avoir assisté au kidnapping d'Hikaru, Shousha était partie réfléchir a ses théorie sur la simulation... ainsi que sur comment effacé toute trace de ce qui s'était passé entre lui et Hikaru, mais ça, c'était une autre histoire.

Les seuls vrais information a ça disposition était le manuel d'instruction de la simulation, la lettre trouvé dans la même salle et ces connaissance basique sur le jeu auquel ils avait participé.

Aprés avoir réfléchit pendant un bon bout de temps, il se dirigea finalement au point de rendez-vous avec Hikaru, l'avis d'une personne affecté par la déprime ayant suivit la simulation allait surement lui permettre de vérifié ses théorie.

Il passa par le buffet pour prendre un verre de Dr.Peper (Un certain prof aurait insisté pour qu'il y en ai de disponible en abondance... étrange...) tout en évitant de se faire repéré par une certaine personne et repartie vers l'extérieur.

Il y avait un peu de vent, mais Shousha préférait ce genre d'endroit, les lieux remplit de monde, ce n'était pas vraiment sont truc.
Il se mit donc a attendre Hikaru, buvant de temps en temps dans sont verre, jusqu’à ce qu'une voix féminine lui rappelant quelque chose attire sont attention en l'appelant.

*QUOI !? Une fille est venu directement a ma rencontre ? Es que mon âme sœur est venus d'elle même a moi.*

Il se retourna avec un grand sourire, ayant hâte de voire qui était cette fille qui l'appelé d'une vois aussi douce et...
...
Il resta a fixé Hikaru, qui était là, habillé et coiffé comme une femme, maintenant ça jupe pour ne pas que le vent la soulève.
Hikaru s'adossa a un arbre, attendant surement la réaction de Shousha, mais ce dernier le fixa avec un regard vide, lui fit signe d'attendre deux seconde, puis se retourna en commençant a tremblé et a emmètre un bruit qui ressemblait fortement a un rire qu'il tenté de retenir de toute ces forces.

*C'est impossible ! Si je me retourne maintenant pour lui parlé, je vais éclaté de rire !*

By Paysanne

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hikaru Yuugure

Maître de la CB

Maître de la CB
avatar


Second avatar : Messages : 161
Date d'inscription : 12/08/2016

MessageSujet: Re: J'ose espérer que le ridicule rend VRAIMENT plus fort !! [PV : Shousha]   Mer 11 Oct - 17:46

Rigolons peu, parlons bien


De là où j'étais, je m'amusais, si je puis dire, à calculer la distance me séparant de la branche la plus accessible, avant de voir si celle-ci était assez haute quand même. Et après, je fixai ma cravate pour voir si je ne pouvais pas me pendre avec...il n'y a pas à dire, je m'en veux de devoir subir ce châtiment à cause de mots que je n'ai pas contrôlé alors que ça m'aurait été utile pour une fois. L'art de perdre l'occasion de fermer sa gueule mode d'emploi première partie. Ça aussi ça va devenir une série avec l'art de déranger mode d'emploi, qui est en actuellement deux parties, et prions pour pas qu'on en ait une troisième. Mais si j'arrive à me pendre, ça devrait aller, il n'y aura plus jamais de parties de rien du tout, car plutôt mourir que de laisser quelqu'un d'autre me voir comme ça...en fait, je devrai peut-être le faire pendant qu'il n'y a personne, déjà que je suis embarrassé rien qu'en mettant un tablier -il va mieux à ma sœur en plus- avec les commentaires de mon frère en ambiance sonore, je peux vous dire que lui aussi me mène la vie dure parfois. On est quitte, mais mes efforts doivent continuer afin qu'il arrête notamment de me dire que sous prétexte que j'ai géré une partie du travail domestique -surtout la cuisine vu les compétences de Seïa-onii-chan- je ferais une parfaitE épouSE. Alors ça je n'ai toujours pas digéré, je l'avoue et le confirme pour ceux qui s'en doutaient. Et pour en revenir à mes calculs, non, je crois que je ne pourrai pas me pendre de si tôt, vu que de base, je suis pas doué pour grimper à un arbre et en plus, gringalet comme je suis, faudra que je fasse plus que m'accrocher.

Puis Shouheki se retourna brusquement après m'avoir vu...ou vue, je ne sais plus, et en voyant ses épaules se secouer, je ne mis pas plus de temps à comprendre pourquoi. Merci de me rappeler que j'étais ridicule comme si je ne le savais pas déjà. Après, je ne sais pas à quel point vu que je n'ai eu l'occasion que de voir ma tête dans la chambre de ma camarade de classe, et déjà, ça promettait...je veux dire...elles ont poussé l'effort jusqu'à me faire des couettes ! Je ne m'en remets pas, et dire que si Shouheki ne m'avait pas posé la question ''t'es sûr que t'es pas une fille ?'' rien de tout ça ne serait arrivé. Juste parce qu'il voulait que je comble le manque de filles à la soirée et qu'il espérait que j'en sois une. Alors ça, en plus de ce qui s'est passé, je crois qu'on commence à atteindre le pompon. Je veux dire, il s'était retrouvé carrément à califourchon sur moi alors si la prof de sport voit cette image je ne veux pas y penser. Je refuse de penser au fait qu'elle sera détournée de son contexte au point de penser que Shouheki et moi aurions fait des trucs pas super catholiques qui mettent au grand jour une relation qu'on aurait mis en place depuis la Saint-Valentin en secret. Je vous jure les rumeurs, ça part d'un accident et ça se répand super vite au point que même les concernés finissent par y croire. Après, je ne me suis jamais vraiment penché sur la question de mon orientation amoureuse et sexuelle mais je n'ai pas l'intention de m'y mettre, étant encore jeune -le plus jeune de l'académie entre autres- j'estime avoir bien assez le temps avant de m'occuper de ce genre de badinages complètement futiles.

« Arrête un peu de rire Shouheki ! Non seulement c'est de ta faute mais en plus on est pas là pour ça ! »

Ce que j'ai presque crié en remuant les bras dans tous les sens avant de les croiser puis de gonfler les joues, boudeur. Je sais que j'en rirai dans quelques jours en y repensant, mais pour le moment, je ne supporte pas cette soudaine transformation qui me donne une envie plus que certaine de me faire oublier. Bien évidemment, j'ai dégonflé les joues peu après, mais je dois préciser qu'elles n'en étaient pas moins rouges pour autant pour une raison bien trop explicitée. En fait, j'avais même l'impression de ressembler à un gyrophare tellement j'avais chaud au niveau du visage. Même si le vent était frais, il ne suffisait pas à diminuer la température, alors pour me distraire, j'ai rien trouvé de mieux que de faire le truc le plus ridicule qui soit en jouant avec mes couettes, passant mes mains dessous, je les tripotais un peu comme si je ne croyais pas moi-même en l'artifice, néanmoins, j'ai vite abandonné par faute d'intérêt suffisant sur le long terme. Je soupirai à nouveau, comme si ça m'avait déjà manqué, en cherchant à reprendre contenance au détriment d'une féminité que je ne possédais aucunement...du moins je préférais m'obstiner à le croire pour ne pas causer plus de mal au peu de fierté que je possédais. J'espère en tout cas que ce ne sera qu'un délire d'un temps et que je ne serai pas catalogué dans cette position super longtemps...oui parce que les lolicon et shotacon ça existe et je ne veux pas avoir affaire à eux maintenant ! Non parce qu'ils sont vraiment flippants et ont l'art de vous piéger en plus de vous rendre incapable de vous défendre, et ça, je ne me le souhaite pas vraiment. Ni à moi, ni à personne d'ailleurs, mais j'avais l'impression d'être le plus propice à ça alors heureusement que je n'étais pas seul dans cette affaire, parce que mon futur niveau cœur c'est bien de repousser, mais je n'ai pas envie de subir un traumatisme, celui-là physique, qui me ferait encore tomber en dépression !

C'est le ''tch'' de Nakagawa qui tourna les talons le responsable de mon retour à la réalité. Dommage, elle, elle avait expérimenté la déprime suivant la simulation, alors que moi, j'étais carrément entré dans l'académie dans cet état, ce qui me rappelait le ''tu as l'air pas plus dépressif que d'habitude'' d'Opaly, me rappelant que je devais lui en parler dès que possible de mon dialogue avec Shouheki, si jamais j'en tirai quelque chose de concluant. Enfin, je ne vois pas pourquoi il me cacherait quoi que ce soit, mais je vois qu'il a autant de raisons de me dire quelque chose que de ne rien me dire, c'est à dire aucune. Par chance, j'avais déjà eu les témoignages de Nakagawa, désormais loin, et de Kaito, que j'avais vu dehors mais sans chercher à le voir, et surtout pas dans ma tenue actuelle. Maintenant que Lancefeuille était partie elle aussi, et Opaly qui enchaînait les absences, c'est vrai que je commençais à me sentir un peu seul pour résoudre tout ça. Heureusement, j'avais gagné une alliée de choix entre temps, je parle bien évidemment de ma sœur, Mitsuki-onee-chan. Comme je n'ai aucune raison de lui cacher ce qui se passe à mon lycée et qu'en plus je sais qu'elle est douée et que je peux lui faire confiance, je l'ai informée de tout ce que je savais quand elle était encore à l'hôpital. Et je lui envoie aussi ce que je sais de nouveau au travers de mes lettres, et elle me répond sur des pistes à investiguer. Du coup ce que je sais, elle le sait, et c'est comme ça que même à distance, j'ai quelqu'un qui m'aide à avancer dans ce miasmes de questionnements, et là, j'espérais avoir enfin une réponse à l'un d'eux, puisque ça faisait longtemps que j'avais prévu de parler à Shouheki et maintenant, je comptais bien le tenir jusqu'à ce qu'il me dise tout ce qu'il sait ou du moins une grande partie, ce qui me fit prendre une bonne inspiration avant de dire.

« Quand t'auras fini de te foutre de ma poire tu commenceras tes explications d'accord ? »

By Paysanne

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shousha Shouheki

avatar


Second avatar : Messages : 59
Date d'inscription : 10/08/2016
Age : 22

MessageSujet: Re: J'ose espérer que le ridicule rend VRAIMENT plus fort !! [PV : Shousha]   Sam 14 Oct - 18:27

Le temps des théories


Malgré le fait qu'Hikaru lui demandé de ne pas rire, il ne pouvais pas se retenir, mais quand il mentionna la raison de leur réunions, sont rire s'estompa de lui même.

- Tu a raison... il faut que je te parle de événement qui ont probablement eu lieu dans la simulation.

Il prit une grande inspiration pour définitivement reprendre ses esprits et fixa d'un regard inhabituellement sérieux Hikaru.

- Je te préviens, je vais allez droit au but, mais on reste dans du théorique, il se peut que j'ai tord, et personnellement je l'espère...

Il se remémora toute les information qu'il savait pour expliqué sont point de vue a Hikaru, sur la simulation, sur les règles des Danganronpa, sur l'état des élèvent, sur pourquoi il était le seul épargné...

- Nous avions étais prévenus que les événements de la simulation pouvais provoqué des effets indésirable, sans savoir leur vrai nature.
La première simulation a montré la possibilité d'un état de déprime, mais quel événement de la simulation a pu le provoqué sur tous le monde sauf moi ?
Je pense que la réponse est dans les règles même des Danganronpa, ils impliqué de tué et de ne pas se faire attrapé lors du tribunal suivant, la mort étant omniprésente, j'ai pensé quel était l'événement a l'origine du phénomène.


Il resta un instant sans rien dire, hésitant sur la suite.

- Mais si le jeu était allais jusqu'au bout, plusieurs personne aurait du évité la déprime, pas une seul.
Le fait que je sois le seul épargné indique que je suis le seul survivant, et il n'y a qu'une possibilité dans ses jeu pouvant mené a une telle situation.


Il reprit une dernière inspiration avant de finir.

- J'ai fais un meurtre, j'ai gagné le tribunal et tous les autres on été tué...

Si ils était juste dans une simple simulation, il n'y aurait pas de problème, mais Shousha avait réalisé la profondeur du système ,si il avait utilisé l'avatar gagnant du jeu, ils étaient probablement similaire sur un points... Il était similaire a quelqu'un qui abandonnerais les autres pour survivre...

HRP:
 

By Paysanne

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: J'ose espérer que le ridicule rend VRAIMENT plus fort !! [PV : Shousha]   

Revenir en haut Aller en bas
 

J'ose espérer que le ridicule rend VRAIMENT plus fort !! [PV : Shousha]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [0216] La solitude nous rend plus fort. [NOCTALI]
» Granma Internacional rend hommage à Toussaint Louverture
» 25 ans après, un album rend hommage à Daniel Balavoine
» quand le travail rend malade
» La chanson qui vous rend triste

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Despair Academy : Renaissance :: L'Academie Kibougamine :: Le Bâtiment Principal :: Le Rez-de-chaussée :: L'Auditorium :: Event (spécial 1 an) :: Zone #4 - L'extérieur-