Il y a ving-cinq ans de cela, naquirent les Tragiques Événements qui ont plongé notre monde dans un profond Désespoir...
Aujourd'hui, le monde panse ses blessures.. Mais celui-ci n'a jamais vraiment disparu.
 

Partagez | 
 

 DANGANRONPA 2 || Introduction

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Alice Naoshori

Egocentric Genius

Egocentric Genius
avatar


Second avatar : Ultimate ??? Messages : 228
Date d'inscription : 18/02/2016
Age : 20

MessageSujet: Re: DANGANRONPA 2 || Introduction   Mar 17 Oct - 21:59

Rien


    Le sol: dur. Le crâne: enfumé. Son environnement: grouillant de monde. Ses yeux: fermé jusqu'à maintenant. Il était l'un des dernier à se réveiller et avait louper beaucoup. Il put juste observer le discourt de celui qui semblait être le responsable de sa présence ici... Enfin, peut-être était-il déjà là de base... Où était-il déjà? Les gens commençais à se présenter aussi juste avant que l'ours qui se présentait devant eux présenta les règles d'un jeu qui allait se présenter bien obscure. Certain y croyaient, d'autre non. Pour lui, c'était simple, si ceux qui étaient derrière tout ça avaient prit la peine de les mener ici, c'était sérieux. Il se leva enfin, observant les jeunes gens qui l'entouraient. ils semblaient tous avoir son âge, peut-être un ou deux ans de différence. Peut-être plus. Il avait quel âge déjà? Il s'avança vers l'ours calmement. Enfin calmement, c'était vraiment d'apparence. Son cerveau lui tournait à mille à l'heure, laissant ses gestes géré par ses réflexes. Mais avant même qu'il ne puisse l'atteindre, l'ourson disparut dans un nuage de fumée, le laissant seul face à une jeune fille en robe et un homme à côté d'elle. Il était perdu, plus que les autres. Il... Il... Les autre s'étaient présentés, il avait entendu parler d'SHSL, étaient-ils de la fameuse Kibougamine? Surement, mais lui?... Il ne parlait pas, une goutte de sueur coulait entre ses pansements. Il avait des pansements? Il était blessé? Il regardait tout autour, connaissait-il ces gens? Certains visage semblaient familiers... peut-être? Il était là, au milieux des gens, sans comprendre ce qu'il lui arrivait, sans comprendre qui il était...

    "... Kei... Kei Kai...ba?"

    Il murmura ses mots sans s'en rendre compte, un début de piste sur ce qui lui manquait ici, enfin... peut-être?

    "Vous vouliez savoir notre nom si j'ai bien entendu... Je m'appelle... Kei Kaiba... Je crois..."

    Il ne pouvait rien affirmer, il ne pouvait rien infirmer, il ne pouvait que supposer...

By Paysanne






Ptdr t ki ? Kei Kaiba ? Jamais entendu parlé !

_________________


 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Akihiko Fugaku

SHSL Kawaii ♥

SHSL Kawaii ♥
avatar


Second avatar : Messages : 118
Date d'inscription : 11/08/2016

MessageSujet: Re: DANGANRONPA 2 || Introduction   Jeu 19 Oct - 1:43

Suspicious Person

Hmmm...

Puis-je vous poser une question?

Eh. Mais que dis-je, là. Bien sûr que je peux le faire. C'est ma tête, après tout.

Voyez-vous, ma question est très simple, en fait. Si simple que n'importe qui pourrait y répondre. Vous. Eux. Enfin, peut-être pas tous les concernés parmi Eux. Peut-être même pas tous les concernés parmi Vous. Oh? Non, non, ça n'empêche pas la question d'être très simple. Au contraire. Le problème réside surtout chez Vous, chez Eux. Mais passons sur ce sujet. Faisons une approximation grossière, estimons que vous êtes en mesure de m'écouter et de me lire attentivement. Comme toujours, n'est-ce pas?~ Allons, allons, ne boudez pas. Lisez, tout simplement.

Alors, alors, ma question toute simple va comme suit: êtes-vous ennuyés en ce moment?

Très simple, n'est-ce pas? Peut-être ai-je exagéré, et que je doute trop de Vous, n'est-ce pas? Peut-être espériez-vous des compliments dans le futur, n'est-ce pas? Allons, ne soyez pas ridicules, bande de radins affectifs.~ Mais voyez-vous, je vous pose cette question toute simple dans une rhétorique bien égoïste. C'est que je vous la demande pour poser mon ennui actuel. Eh oui! Comme toujours! Redondant, n'est-ce pas? Oui, absolument. Je me dis la même chose. Je me dis qu'il n'y a rien à raconter pour un bout, que je pourrais ellipser, passer au vif du sujet. C'est que la chronologie est ennuyante. Non, pas le temps. En tant que physicien, le temps est une douce Maîtresse, une Beauté insaisissable. Mais je parle bien de chronologie. Un ordre narratif ennuyant. Ennuyant comme ces remarques, comme ces questions perpétuelles. Ennuyant comme Eux, qui sont encore endormis, ou encore silencieux, ou encore impolis, brusques, confus, répétitifs, redondants, insipides, insalubres... Oh! Mais oh! Ah! Mais ah! Ah la la! Et Moi! Mais Moi! Pauvre Moi, qui doit narrer tout cela! Regarder les gens poser les questions, approcher ma Mari-chan d'un air froid, menacer et se faire menaçant! Mais c'est exaspérant!

-Ara ara, que de froideur, mon pauvre cœur en souffre tant!~

M'exclamai-je toujours aussi sarcastiquement devant je ne sais qui tentant de me rendre silencieux. Main gauche à la poitrine, bras droit vers le ciel, dos courbé vers l'arrière, arabesque rocambolesque. Eh? Mais oui, mais oui, je suis toujours aussi jaune. Rire jaune, sourire jaune, yeux jaunes. Il ne saurait être autrement. Que vous compreniez ou non, je vous le dis, je vous l'assure.~ C'est que m'amuser ainsi tout en m'ennuyant autant n'est pas très difficile pour Moi, bien que ce soit difficile pour Vous de le comprendre en lisant ces interruptions spontanées. Mais que, c'est que, j'attends encore et toujours. Attendre ça. Attendre, tout entendre. Ma Pauvre Mari-chan harcelée, la voir bouder. Oh, pitre! Mais que vais-je faire!? Devrais-je aller à sa rescousse? Eh? Qu'en pensez-vous? Et vous, que feriez-vous? Nobles héros, valeureux crétins, pervers cachés?~ Ah mais non, vous ne pouvez rien faire, impuissants comme vous êtes.~ Et moi? À flâner là? Roooh, flâner est un grand mot pour votre vocabulaire.~ Une grande accusation pour votre manque de compréhension, aussi. C'est qu'il y a plus con que moi pour faire tâche plus conne que les miennes, un autre truc venant de se réveiller, jouant ou étant un autre joyeux comme l'autre Chose qui échappe mon intérêt. Et à son tour mon intérêt le fuit, ma Mari-chan Chérie s'en débarrasse tout aussi rapidement, le faisant virevolter à travers les airs pour avoir tenté de s'asseoir sur le souffle-feuille qu'elle tenait. Ridicule, non? Mais non, aucunement, en fait. C'est bien digne de leur caractère actuel, en fait.~ C'est qu'être ennuyé, c'est aussi ne plus être surpris, et ne plus être surpris, c'est comprendre à quel point ils sont lamentables! C'est aussi tenter d'être concis, alors pardonnez ma rapidité actuelle, j'ai plusieurs esquisses à dresser sans qu'elles ne soient vraiment dignes de mes sublimes lettres. Autant que rien ne vaille actuellement ma parole, et quasiment rien ne vaille mes doux yeux ou mes attentives oreilles. Mais tel est le fléau du Sage, je vous le dis, Vous qui n'y connaissez rien!~ C'est long, en fait, de tout observer. Long comme l'arrivée du blond, qui ne prend pas longtemps avant de gaspiller de l'air pour tenter de nous insulter. Vaine Chose, c'est si méchant! Ah! Mais qu'ont-ils à me faire si mal, c'est derniers temps?!~ Oh, je n'en peux plus, Monde cruel! Oh non! Oh non! C'est ce que j'aimerais dire, en fait, mais il faudrait que de tels mots m'affectent pour que j'exclame mes Affects à leur égard. Heureusement pour moi, les plus confus peuvent se passionner d'une Haine si facile et si gratuite envers notre Kishi-san si facile et si gratuit. C'est qu'il parle de Cast sans réaliser la petitesse de son propre budget d'Être, n'est-ce pas?~ C'est qu'on se menace et qu'on s'insulte sans vraiment agir convenablement, non? Quelle couardise, mais vraiment! Il faut être sage, il faut être vrai, et honnête, et juste, et avant tout agir, être cause efficiente, cette douce vertu qu'est en soi la Béatitude! Ah, mais je diverge, je diverge. Rien que vous ne pourriez comprendre sans lectures supplémentaires, vous connaissant.~ Allons allons, c'est bien vrai comme insulte, mais je vous aime toujours autant.~ Je vous aime comme la nonne aime tenter de tout ramener à l'ordre, je vous aime comme les deux Choses aime provoquer notre pauvre Kishi-san hautain, je vous aime comme ce type inconnu aime se déshabiller pour nettoyer ses vêtements, pauvre pervers~, je vous aime comme cette naine aux cheveux mauves aime délirer bien en retard dans le scénario, pauvre confuse qui se réveille si tard dans l'histoire. Oh! Je sais à quel point je vous aime!

Je vous aime autant que j'aime tout réduire à une phrase, pour arriver aux moment finalement plus intéressants.

Ce fut périlleux, n'est-ce pas? Ennuyant? Long? Redondant? Vous vous sentiez abandonnés, isolés, déprimés, comme si un doux câlin dans les bras de notre adorable Mari-chan serait le seul remède à vos maux, n'est-ce pas? Alors vous étiez dans un état pire que le mien, puisque seule la dernière condition ne s'applique à Moi.~ Et puis, et puis, je trouve ça franchement insultant que vous vous sentiez déprimés en me lisant, c'est particulièrement méchant.~ Mais je vous pardonne, puisque je suis si miséricordieux! (Et que je sais que vous allez continuer à lire, masochistes que vous êtes.~) Alors, alors, alors, il faut en arriver au piquant, n'est-ce pas? Allons, allons, parlons avant d'expliquer, pour une fois.

-Oh! Kishi-san, Kishi-san, je ne savais pas que vous étiez Roi des Spartiates!~ Est-ce que vous vous entraînez les jambes souvent, ou ça vous vient naturellement?~ Et pensez-vous que c'est la drogue qui rend les gens ici si... Enfin, si "Eux", quoi.

La question était purement rhétorique. Une belle figure de style, accompagnée de coups de pied dans le vide pour imiter et ridiculiser notre pauvre Kishi-san, posée entre deux fous rires. C'est que je ne m'attendais pas à ce que de tels conflits éclatent, ni se terminent si rapidement! Ah, mais, ah mais! C'était de toute beauté! Dans toute sa grâce, dans toute son élégance, dans tout son Désir de pugilat, elle s'échoue si pauvrement sur le sol si miteux. Ah! Exécrable! Extraordinaire! Ah ha! Ah hahaha ! Oh, qu'on m'amuse, qu'on m'amuse! Peut-on continuer? Allez, un peu, un peu! Je suis sûr que même Vous, Lecteurs, dans tout Votre anonymat et toute votre soi-disant et si fausse neutralité, appréciez le schadenfreude qui puisse résulter d'une telle mise en scène! Ah mais vous êtes fourbes, si fourbes! Allons, allons, ne vous en faites pas, c'est bien correct de rire de temps à autre. Puis, ça nous distrait du pauvre Kishi-san qui tente encore de faire son snob avec des références douteuses et difficiles à comprendre pour certains. Ça, c'est redondant. Siiiii ennuyant! Allons, allons, peut-on continuer avec les trucs marrants? Genre, je ne sais pas, voir quelqu'un valser en bas des marches? Comprenez que je vous fais de clins d'œil, et que j'exploite le fait que ma narration actuelle me dépend aucunement de la chronologie réelle pour prédire la suite déjà vécue de mes expériences passées.~ Mais non, ce n'est pas de la triche, ça m'est resté tout aussi hilarant en temps réel! Une belle surprise, oui! De l'humour vieux jeu, comme on ne trouve pas de nos jours! Cinéma monochrome, comme l'ours qui est la cause de la conséquence cause de ma Joie actuelle! Ooohhh, vous aimez la qualité de mes transitions, n'est-ce pas? Bien fluide et en douceur, non pas rude ni visqueux. Quoique, vous connaissant, vous l'aimeriez mieux... Enfin, mes lèvres sont scellées.~ Enfin, mes lettres, ou ma plume? Puisque là, mes lèvres sont en grand sourire, alors que j'essaie tant bien que mal de retenir les rires pendant que la peluche fait les présentations. Puis bon, "présentations", c'est généreux. Trop, même pour moi. Étonnant, n'est-ce pas?~ Mais c'est malheureusement trop vrai, le pauvre machin ne fait pas un caméo de qualité, quoi. Ooooooh, il faudra tuer pour sortir. Ce n'est pas exactement vendeur comme jeu. Comme si sortir était une nécessité, alors que ma douce Mari-chan se tient en face de moi, et s'est déclarée comme propriétaire de ce manoir! Où de mieux pourrais-je aller qu'ici? Oh, mais je déconne, je déconne.~ Quoique, la réduction à l'absurde montre bien comment c'est inintéressant, comme principe. Si confus, aussi. Bien que je ne divaguerai pas là-dessus, je vous épargne des leçons de philosophie, pour une fois.~ L'essentiel, c'est de comprendre que je suis à nouveau ennuyé. On me présente deux sublimes désastres naturels, dont j'étais presque tenté d'analyser les mouvements avec cinétique de translation et de rotation, tenseurs d'inerties et physique newtonienne, et voilà qu'on retourne à des discussions lassantes et et redondantes. Eh? Pourquoi est-ce que je dis "redondantes"? C'est que ça ne peut que mener aux clichés. Pauvres réactions renouvelées et stéréotypées, on prendra le tout au sérieux, ou pas du tout, ou on aura l'air suspicieux dès le départ, ou on continuera à se fâcher et à se menacer, ou on tentera de faire un appel à la raison et au calme, ou... Roooh, j'en passe. Tentez de faire un jeu divertissant, au moins, plutôt que cette merde. Ah, regarde, ça commence! Déjà un qui se rend suspicieux, génial. Ooouuuhhh, je suis si impressionné par son ton léger alors qu'il parle de meurtres, wow! Je suis choqué, comment peut-il dire ça à la légère?! "Intéressant", mais comment peux-tu dire une chose si horrible!? Enfin, je déclare ce dernier point sérieusement, parce qu'il n'y a rien d'intéressant ici. Pas plus intéressant que la suite, non plus. Oh, qu'elle est brave, à fermer la gueule de l'autre. Allez, dis-lui que c'est un dude, ça lui apprendra! Bon courage! Et puis, pose toutes ces questions! Vas-y, prends ça au sérieux. Réalise que la peluche n'a rien spécifié, c'est si pertinent. Continue à harceler ma Mari-chan! Ça la mettra en pire humeur que précédemment, et elle pourra me violenter encore plus dans les soirs à venir.~ Mais quelle héroïne, vraiment! La mort, c'est sérieux! Pas comme au cinéma, mais pas du tout, oh non messieurs et mesdames! Vous l'avez entendu ici en premier, eh oui!

...

Enfin, je pense que j'y vais un peu fort avec le sarcasme, là. Ou peut-être pas. Ce n'est pas comme si on entendait mes pensées. Alors il n'y a pas vraiment raison de me retenir.~ Mais allons, mais allons, vous ne pouvez pas vraiment être divertis par tout cela, non? Exactement! Je suis si content que votre silence traduit votre compréhension de mon cas.~ Eh? Ah, non, pour une fois, un "Eh?" n'est pas dirigé vers vous. Il est dirigé vers le mec qui est une dizaine de posts en retard pour s'introduire. Oh, c'est difficile de se présenter à temps, n'est-ce pas! Enfin, c'est vraiment tout ce que j'ai à dire. Bravo pour le retard, merci de ne pas être sûr de ton propre nom. Je suis sûr que Ma Mari-chan appréciera tout de même ta politesse. On va dire. Enfin, voilà. Passons à autre chose... Eh? Et Moi, que fais-je? J'avoue que je n'ai pas décrit ma position actuelle depuis le fou rire, n'est-ce pas? Ne vous en faites pas, c'est terminé depuis longtemps. Assez las, j'avais pris la peine de ranger mes mains dans mes poches, pour remarquer tout de suite qu'un beau morceau de technologie y traînait. Alors, en bon Sage, j'ai pris la peine de l'inspecter un peu. Mais, pensez-vous que c'est Mari-chan qui a glissé ça sur Mon Corps!? Ohhh, les affects qui s'imprègnent de l'Idée, pure Joie, doux Amour! Allons, je taquine.~ N'empêche qu'il est vachement intéressant, ce truc. Bien plus que tout le gaspillage d'air qui a mérité mon sarcasme pendant ma lecture. Oh, c'est meta, ça. Je lis pendant que vous lisez à propos du fait que je lis. Inception de lecture, n'est-ce pas?~ C'est bon, c'est bon,  j'arrête avec les références pourries.~ Prenons plutôt le temps de poser une question, maintenant que c'est plus calme (et largement plus ennuyant) que tantôt.

-Dis, dis, Mari-chan, Douce Faucheuse de Mon Cœur, si on a été de sages petits élèves qui ont fait leurs devoirs avant le cours, est-ce qu'on peut quitter la classe plus tôt?~ Est-ce qu'on pourra se partager un bento sur le toit en catimini pour avoir été actifs plutôt que des flemmards qui posent sans cesse des questions?~

Dis-je, tenant le PDA pincé entre mon index et mon pouce, petit doigt en l'air, le brandissant et l'oscillant pour qu'elle sache bien ce à quoi je fais référence.

Oh, mais c'est qu'elle ne risque pas de prendre mon invitation à manger au sérieux parmi tout ce sarcasme, n'est-ce pas?

Eh bah.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kaito Takebashi

avatar


Second avatar : Messages : 248
Date d'inscription : 11/08/2016
Age : 19

MessageSujet: Re: DANGANRONPA 2 || Introduction   Jeu 19 Oct - 17:35

Révélations

Moi
Les primitifs
Guenon
Babouin


"Le nasique" a eu droit à son juste jugement. A peine eut-il le temps d'envahir "la guenon" dans son infectueuse insolence, il se fit projeter au loin, dans un amas de coussins. Je ne me permettrais pas de juger les paroles: ce serait une évidente perte de temps. En tournant mon regard sur le victime de la chute, je me dis que cette pile est suspecte, et qu'il y aura un événement lié à lui dans le futur. J'entend quelqu'un arriver, mais je ne lui ferais pas "l'honneur" de le regarder. Tout ce que je sais, c'est que qui que ce soit, avec son ton de pseudo-noblesse, il sera "le babouin".

J'entends à nouveau "le bonobo".

Cette figure masqué me fatigue.

Les paroles de cette individu sentent la niaiserie et le camouflet. Comédien de second ordre. Il n'y avait rien à gagner à écouter ses tergiverses, mais hélas, il est puis... intéressant que "le babouin". Son insipide tristesse me donnaient des relents vomitifs, tant tout cela était mielleux. Et l'utilisation d'une expression que chacun a entendu au minimum une fois dans sa vie ne rendait sa rhétorique que plus pathétique encore. Et une nouvelle fois, la sensation qu'il cache autre chose qu'un visage horriblement expressif...

Encore des paroles du "hurleur".

... Je crains que "le babouin" marque un point: ces primates sont pathétiques jusqu'à l'os.

Sa brutalité n'avait d'égale que l'intensité de son exécrable colère. L'entendre cracher ses menaces creuses me donner soudainement une envie d'inciser les oreilles jusqu'à l'assourdissement. Si elle ne souhaite pas "jouer", qu'elle aille fracasser les murs avec ses poings, qu'elle prouve le fait qu'elle est sensée méritée son talent. De plus, il est clair qu'au vu de la situation, il ont la main haute sur nous. Ils ont sûrement supposée l'idée d'une aggression, surtout vu la primitive violence de ce singe, entre autres.

"Le tamarin" arrive à la "rescousse"

Le seul "bon point", c'est qu'elle pourrait le défendre, au où. A retenir.

Mais elle tombe, mouton qu'elle est, dans le même piège que "le hurleur". A cloche-pied, pour "citer" ses paroles plus que pathétiques. Sa colère n'est pas égale à celle du singe précédent, mais elle n'en n'est pas moins toxique. De plus, elle n'apporte rien à un scénario qui est clairement perdu d'avance pour elle, s'attirant les foudres de ceux qui auront assurément droit de vie ou de mort sur les captifs. PATHETIQUE. Même son argumentaire est un vulgaire copier-coller. RIDICULE.

Une voix s'élève. "Le mandrill".

Au moins, elle essaie d'aller droit au but. Mot-clé: essaie.

Tout d'abord, son cri de raliement hurle ouvertement ses positions sur la sittuation. Si la mort entre en jeu, ses chances de mourir sont élevées. Nul n'aime un moralisateur. Surtout qu'il n'est point temps de mauvaises paroles, mais point temps des "bonnes" paroles non plus. Il est juste temps de finir cette ridicule mascarade. Et ce n'est point avec le ton mielleux au pire que tout cela avancera. Elle se crée l'image d'une fleur trop fragile pour ce qui arrivera. Qu'elle apprenne sa place de primate, avant de vouloir prendre les rennes de cette ridicule partie de m'as-tu-vu.

Du coin de l'oeil, j'aperçois "le gorille" agir.

Ai-je réellement besoin de me justifier pour l'absence de positif? Evidemment que non, vu que tout est clair à ce sujet. Seul le plus primitif des humains ne comprendrait point.

Pantin opportuniste. Singe en mal d'ego. Ses actions sont tellement remplis d'erreurs de logique que j'en aurais fait un "blue screen" si j'étais une machine. Les regards qu'on lui porte ne sont que celles ce créatures sans âme qui tombent bien trop vite dans la trappe de la tentation. Il y avait tant de moyen que ses actions ne forment pas un obstacle à tout le monde. Ceux-ci incluant mais ne se limitant pas à: rester à l'arrière, passer simplement la main sur ses manches, rester endormi, au milieu de son monticule de poussière... D'autant plus qu'au final, il n'a fait cela que pour le plaisir de faire cela. PLUS PATHETIQUE ENCORE.

J'entend au loin le son vrillant mes oreilles qu'est la voix "du aye-aye", que je me passerais le besoin de commenter, au vu de l'inutilité totale de tout ce qui a été dit.

"Le babouin" intervint à nouveau, prouvant mes pensées. Mais je dois admettre l'avoir oublier. Après tout, mon regard est attiré par autre chose d'autrement plus intéressant que ce pantin de pacotille.

Un ours mécanique se jeta en-dehors de l'amas de coussins où se trouvait "le nasique", bondissant d'un seul coup, provoquant un léger sursaut inperceptible de ma part, pour atterrir sur son fessier. Pathétique. Irritable. Insupportable. Cet héraut du malheur n'est d'autre qu'un énième pantin d'un organisme inférieur.

Mes "camarades" ont leur attention tournés vers lui. Une distraction bien moindre qui attire le regard du chaland. Une marionnette qui donne des étoiles dans les yeux des enfants. Une spirale qui captive et enchante les simples d'esprits. Sa figure unique rappelle le bossu, attirant surprise et moquerie au sein de la basse populace. Celui qui se présente comme "directeur" a une figure trop ridicule pour offrir du sérieux. Mais ils doivent le savoir. Ils doivent ressentir la chose derrière cet habillage simplet, presque humoristique.

Mais son message se lit avec telle aisance: il est porteur de "mauvaises nouvelles" pour ceux qui s'encombrent de morale et de sentiments. Il agit comme maître d'un jeu de cours de récré où le crédit est autrement plus "lourd". Ce que les gens cherchent en nouveauté n'est d'autre qu'un "savant" réchauffé de ce qui a déjà été vu. Il n'y avait point besoin de peluches pour montrer à ces faibles d'esprits qu'il n'y avait plus rien de "normal" dans leurs vies désormais. Hélas, me voilà à écouter ses pitreries, car je sais qu'elles sont primordiales.

Il dit s'appeler Monokuma. De son statut de machine, je puis me permettre de ne pas lui offrir de surnom, bien que cela me démange, par son insipide hyperactivité sentimentale. Il se plaignit des deux figures d'autorité primaires déjà présentes. Et il prononce le dabut d'un "Danganronpa"... "Balle" et "Réfutation"... "Gagner un débat par une balle de pistolet"... Etrange non-sens de mots. Mais enfin, la règle en lettres de sang apparaît: TUER OU ÊTRE TUE... Je m'attendais à quelque chose de plus intéressant qu'une loi naturelle, mais elle est suffisante pour créer une forme de tension au sein du groupe.

Las, je ne puis dire ça sans ressentir des hauts-le-coeur. Déjà, je ne puis plus appuyer à quel point son comportement attise en moins les typhons de l'horreur humaine. Qui de bien pensant pourrait imaginer programmer une machine avec des émotions, l'éloigner de la certaine perfection que j'atteint en cet instant. Se plaçant au-dessus du monde, il n'offre aucun plaisir à écouter chacune de ses illusions, appuyant ses paroles d'un rêve "désespérant" mais surtout désespéré. Ses tentatives de mystères sont, par ailleurs, instantanément brisées à l'instant où il évoque les thèmes apparemment pivotaux du meurtre et du désespoir. La mort se baladera constamment avec nous. On peut faire bien mieux, j'en suis certain.

Enfin, cela me permet d'avoir une "excuse" pour cracher ce que j'ai à cracher.


"Enfin. Cet ours n'a pas tord sur vous: inutiles."

A peine ai-je fini, le bavard "bonobo" revient sur scène. Ton amour de la lumière des projecteurs de perdra.

J'ai été beaucoup trop positif envers cet ours de pacotille pour me permettre de la sympathie envers lui.

Son intérêt envers cela n'est qu'un pathétique sadisme opportuniste. La seule "épice" que cela apporte est un vain retour à la nature putride, où seul les lois de survie comptent. et il affiche haut et fort son envie de voir cela en jeu. IGNOBLE. Non pas parce qu'il soutient la mort d'autres, cela est tout naturel, tant et si bien que moi-même, je me permet de la ressentir non pas  comme sentiment, mais comme conclusion logique. Mais plutôt, il s'agit du fait qu'il laisse sa putride fascination prendre les avants. Je m'approche de lui pour ma toute première parole ciblée. J'aurais espéré que son cerveau limité de sous-espèce comprendra mes paroles, mais je ne serais plus moi-même, à cet instant. Et puis, malgré son masque, je doute très sincérement qu'il comprenne le poids de mes paroles, ridicule primate qu'il est.


"Tu vas mourir."

J'avais oublié qu'une des primates qui avait menacé "le babouin" avait hurlé de surprise, chuté comme un sac de pommes de terre le long de l'escalier, à mon grand ennui, s'est mise derrière moi, et même existait. Je fut un peu surpris de l'entendre, mais à peine. Tu aurais pu être oublié, "le tamarin".

Au moins, elle avait compris un peu plus l'étendue  de la situation.

Mais je me lasse de devoir répéter les mêmes choses encore et encore: argumentaire limité digne d'un énième singe, inexistence pure de capacités de réflexion, explosion de sentiments ridiculement inutiles, et j'en passe et des meilleures. Sa seule existence crée en moi, en cette instant, une fatigue née d'un pernicieux ennui. Elle gagnerait à se terrer dans le silence afin d'enfin pouvoir réflechir, au lieu de jouer les vaillants petits soldats de plomb envoyés au feu pour des néfles.

Tiens? J'ai cru entendre une voix inconnue. Je me retourne. "le sagouin". Je n'ai rien à dire,
ce ne sont que d'inutiles marmonnements qui ne font que faire perdre du temps.

Et enfin... "l'orang-outang".

Ses poses ont le mérite de distraire les basses classes intellectuelles. Rien de plus.

Il souffre de la froideur, en apparence... PATHETIQUE. Son jeu est si mauvais qu'il ferait paser le comédien sans talent pour un artiste de Broadway. Ses questions ne sont nulles autres que les incarnations du temps perdu en discussions sans intérêt que tous autour de moi font. Je ne puis me sentir plus fatigué par son jeu de Tartuffe. Mais c'est à son final, où il entre-mèle son incipide sarcasme à un pseudo-jeu théatral horrible, que j'arrive au paroxysme de mon ennui: en cherchant le soutien inexistant de ses geôliers, ironiquement ou non, il s'est attaché un néon au dos cligntant "Tuez-moi". Il est de loin l'individu le plus ennuyeux de toute l'audience si présente, à supposer que "l'audience" qui a été citée ne contient pas pire...

Je me rasseois au sol. J'ai déjà assez perdu de temps auprès de ces singes, et chaque seconde qui passe me frappe tel un marteau sur le fer chaud que serait mon esprit si je ressentais la tension que mes "camarades" vivent à cet instant. Je visualise ce que je ferais quand j'aurais accès à mon plein potentiel. Qui sait, je serais sûrement capable de me donner un avantage qui ne serait qu'équitable au vu de mon statut de Dieu de la Destruction...


Fiche de liens (c) Miss Yellow
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mitsuki Hoshizora

avatar


Second avatar : Ici le DC de Hikaru Yuugure Messages : 46
Date d'inscription : 10/06/2017

MessageSujet: Re: DANGANRONPA 2 || Introduction   Ven 20 Oct - 20:23

絶望の戦闘 と 戦闘の絶望 - Prologue


Bras croisés. Puis mains dans les poches. Sensation d'objet inconnu. Tu le sortis discrètement. Pendant un moment d'inattention collective. Distrait par des mots. Des intonations Des attitudes. Des regards. Des réactions. Des gestes. Des roulés boulés. Tu commenças à jouer avec. Allumage. Rapidité. Technologie oblige. Fait étrange en somme. Manoir ancien après tout. Écran révélé. Tes sourcils froncés. Un regard aux autres. Regard figé quelques instants. Ciblant quelqu'un. Surtout le vide. Puis extinction. Rangement. Assurance. Caméras alentour. Non tournées vers toi. Mais présentes. Plusieurs. D'où le terme de spectateurs. Mais tu n'étais pas acteur. Ni toi. Ni eux. Aucune action. Juste du subi. L'intrigue est ainsi. Les rôles figés. Modification impossible. Seule possibilité. S'y conformer. Choix absent. Faire l'attendu. Ou faire l'inattendu. Répondre à leur attentes. Desservir le juste. Être imprévisible. Risquer sa vie. Seuls choix. Embranchements complexes. Ils ont leurs avantages. Recèlent des inconvénients. Engagement définitif. Ne pas faire le mauvais choix. Toujours faire de bons choix. Ne faire que des bons choix. Y penser était imprudent. Ça coûterait très cher. Y penser de trop était mauvais. Solitude en cet endroit. Tous. Chacun était seul. Seul face au destin. Seul face à eux. Seul face aux autres. Seul face à soi-même. Quelle ironie.
« Un conseil : l'ironie, qu'importe le sens du terme, est votre meilleure alliée ! »
Pensant d'abord à partir après le nuage de fumée qui le força à fermer les yeux tout en croisant les bras à nouveau dans un souffle, mais le confort extrême du mur, totalement moelleux, à moins que ce ne soit la vue de ses camarades tous plus appréciables les uns que les autres, entre le masqué qui savait voir le bon coté des choses, la rouquine fort posée, le jeune homme à lunettes au jeu théâtral des plus réalistes, sans oublier sa très subtile invitation à un tête à tête avec la jeune noble, celui qui venait de s’asseoir débordant d'une amabilité sans faille, la petite qui semblait parfaitement bien comprendre ce qui se passait bien qu'elle ne fusse pas au niveau du brun montant dans les escaliers, ou bien l'aura rayonnante de la demoiselle et l'homme à ses cotés, qui forçait tout le monde à s'incliner pour lécher leur bottes, ou juste l'ambiance particulièrement chaleureuse de la pièce, flambant neuve et propre comme pas deux, sauf si c'est le désir fou d'écouter ce qu'il y a à dire de plus sur ce jeu qui promettait d'être divertissant tel une fête, car il adorait entendre leurs voix toutes plus harmonieuses et euphoniques les unes que les autres, et pas parce que es explications supplémentaires l'intéressait, tout cela le fit rester en esquissant pendant une frêle seconde, l'ombre d'un sourire cavalier, débordant d'une sincérité absolue en soutenant le regard de ceux plus haut.

By Paysanne

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Archibald E. Alexandrie

avatar


Second avatar : Messages : 36
Date d'inscription : 19/07/2017

MessageSujet: Re: DANGANRONPA 2 || Introduction   Sam 21 Oct - 0:57


 
 

 

  Tempérance.
  Feat' un tour du Malin ?
« Que diable est cet endroit ? »

C'est à cet instant que tu te souviens que tu étais humaine. De par tes émotions, tes peurs, et tes désirs. Honnêtement, la scène aurait pu parraitre comique, comme tout droit sorti d'une télé-novela. Mais l'ambiance régnant dans cette pièce, la poussière faisant piquer les yeux et le torse musclé et bombé de ce garçon..

"....Sacré mère de dieu, Jesus Marie-Joseph." dis-tu doucement en tordant ton chapelet dans tout les sens, à la vue de cette magnifique musculature.

Comment diable, tu te le demandais, comment diable pouvions-nous naquir en ce monde sans jamais, devoir ressentir l'envie envers son prochain ? Surtout lorsqu'on fait 1m85, , tout en muscle et avec un regard ténébreux ? Calme toi , ma Soeur. Garde ses habits sans un mot, respire doucement et reconcentre toi sur la situation..

Tout va bien. Le mal a quitté tes pensées. Tu es calmes. Ton Chapelet, lui-aussi, souffle de ne plus souffrir de ses nombreuses tortures, entre tes doigts..

Mais que-vois tu soudainement ? La situation t'avait échappé pendant un instant, surtout lorsque tes paroles n'avaient atteint les oreilles de quiquonque. Bien que la voix de Dieu est impénétrables, celles de ces adoratrices devraient l'être alors, pourquoi personne ne disait rien ? Pourquoi ressentais-tu un grand froid parcourir tant ton corps, que ton âme ?

Ce n'était pas que le silence des lieux, mais le discours que tu avais fini par entendre, qui te glaça le sang. Un ours parla. Il vous dicta votre futur, un Enfer où vous seriez tous des anges déchues.

Un Enfer, oui, où vous serez tous enfermés. Où, tels des animaux, vous devrez vous entre tuez pour atteindre votre liberté. Une scène à s'en remémorer le décès du Christ, assassiné par l'un de ses proches alliés. Nous étions tous Jésus. Et nous serons probablement tous un peu de Judas.

Tu transpirais à grosse gouttes. Bien sûr, ce n'était que des bêtises, tu t'evertuais de te l'ancréer en tête. Ce ne sont que des bêtises, des mensonges. Mais pour autant.. Comment tout-celà pouvait-il être un mensonge ? Vous vous trouvez au milieu de nulles part. Dans un lieu éloignés de tout. Sans aucun moyen de contacter le monde extérieur.

Ce que tu ressentais en cet instant précis, était de la peur. Une peur fébrile, que tu comptenais autant que possible pour ne pas éclatez en une colère haineuse. Tu n'étais pas en position de dire quoique ce soit de plus. Tu t'assoies un moment, regardant rapidement le garçon qui se présenta sous le nom de Kei, l'avais-tu déja vu..?

"C'est absurde, totalement absurde.." disait-tu en resserant ton chapelet contre ta poitrine. "مايو/مايس الذي اللورد الجيّد يحمي ويحرسني... بينما يحرس راعي قطيعه. "

Il n'est que trop naturel de parler en sa langue natale lorsque l'on se sent au pied du mur.

"Pourquoi nous, qu'avons-nous fait pour mériter celà. Si tout est vrai..Je refuse de participer à ces évènements qui n'ont aucun sens. C-Comment pouvez-vous tous rester aussi calme ?!"

Tiens, tu n'as pas réussis a rester calme toi-même, bien longtemps..

 
Conseil du jour : Prend connaissance,  
de ton environnement.
©️ Kibara sur LibreGraph'
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anastasia Moskovskaïa

Admin

avatar


Second avatar : Messages : 147
Date d'inscription : 28/07/2016
Age : 19

MessageSujet: Re: DANGANRONPA 2 || Introduction   Lun 23 Oct - 19:13

To the Beginning - Lady of Agartha


D'un regard indifférent, Mariko observe une à une vos réactions. Elle reste silencieuse, tandis que Jakob la toise, comme attendant ses futures actions. Ses gestes à lui de dépendront que de sa volonté à elle après tout. Une minute s'est écoulée depuis le départ fougasse de Monokuma. La petite noble se contentait de vous observer, laissant vos questionnements dans le vent. Son regard ayant un aspect un peu vide ne vous permet pas de savoir si elle vous écoutait un minimum ou non. Néanmoins, un soupire s'échappe vite d'entre ses lèvres et que commence, enfin, une lueur d'information pour vos esprits égarés dans l'obscurité de l'ignorance. La demoiselle gaffeuse montre un aspect maintenant indifférent.

Limite vite.

Essayez de sortir de force, si vous tenez aussi peu à la vie. Essayez de croire que l'idylle d'un Danganronpa sans meurtre soit possible, si vous êtes aussi stupide que ça. Attendez donc que l'un des esprits le plus fragile de votre troupe craque et plantera la première dague dans votre dos. Attendez donc de connaître et de surtout goûter au Désespoir.

Vos questions m'ennuient. Jouer les victimes m'ennuie. Jouer à la fille timide et maladroite m'ennuie. Cela m'agace de tenter de cacher mon impatience de vous voir crouler les uns après les autres entre les bras de la Faucheuse, ainsi que de notre Sauveuse. Toutes deux, seront vous accueillir à bras ouverts, une fois que le sang aura coulé.

Vos pathétiques existences m'importent peu.
Qui survivra m'importe peu.

Tout ce qui compte, sera le spectacle, l'audimat enflammée par vos trahisons, vos complots et vos cadavres. Vos cris, vos pleures, votre rage et votre haine ne seront que le début du dénouement finale. Oh et, jeune Tempérance...  


Mariko affiche un malicieux sourire.

Vous êtes ici, car des gens ont estimés que vous méritiez cela. Sur ceux...

C'est dans une révérence que la demoiselle disparaît à l'étage. Ne laissant que Jakob qui se pince l'arrêt du nez en soupirant.

Que pouvais-je espérer de plus ? Dame Mariko n'a jamais été d'une grande patience quand il s'agit de jouer un rôle... Néanmoins, le travail doit être fait. Écoutez-moi bien, car je ne me répéterais point. Le procédé est simple, même pour des gens de votre bas intellect.

Vous vivrez ici tant qu'un meurtre n'a pas eu lieu. Il est donc possible que vous viviez ici à jamais, ou du moins, jusqu'à votre mort. Si un Meurtre se fait, un Procès sera ouvert. Vous devrez enquêter sur la mort et trouvez le coupable. Si le coupable est trouvé, il sera exécuté et le Danganronpa continuera. S'il n'est pas percé à jour malgré l'enquête et le procès, vous serez tous exécuté, sauf ledit coupable évidemment. Simple à comprendre non ?

Malgré tout, il y a des règles à respecter dans ces lieux. Mais je n'ai pas de temps à perdre avec vous, tout est marqué dans vos ElectroID - qui est d'ailleurs un cadeau de sa part.


Il pointe ce que certains tenaient déjà entre leurs doigts.

Regardez juste dedans, j'estime que vous n'êtes pas assez stupide pour ne pas comprendre son fonctionnement ou encore les données marquées dedans.

Jakob reprend sa beauté (le chat noir) et se disparaît lui-même à l'étage. Si vous prenez le temps de consulter vos ElectroID, vous pourrez voir une liste de règles ; un plan des lieux (vous montrant que vous n'avez accès qu'à une seule aile de l'endroit) ; un horaire des lieux (les couvres-feux et les heures de réveil par exemple) et des infos basiques de chacun - sauf sur le profile de Kei Kaiba qui est rempli de bugs.

Il ne reste plus que vous 14 dans le Hall, que faites-vous après toutes ces informations ?

By Paysanne

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alice Naoshori

Egocentric Genius

Egocentric Genius
avatar


Second avatar : Ultimate ??? Messages : 228
Date d'inscription : 18/02/2016
Age : 20

MessageSujet: Re: DANGANRONPA 2 || Introduction   Mer 25 Oct - 23:30

Rien


    On dit souvent qu'on meurt deux fois, quand la vie nous quitte et quand on nous oublie. Kei était déjà mort une fois on pouvait dire, mais habituellement celle-ci arrivait en deuxième. Il regardait autour de lui, son cerveau marchait à cent à l'heure. Un jeu, très bien, c'est qu'il y a une façon de gagner. Mais de perdre aussi. Les gens avec lui étaient donc ses concurrents. Des coéquipiers. Des adversaires. Il les regardait, certains visage lui disait quelque chose. Déjà vu. Une cérémonie? Oui. Un public devant lui. Le regard dans le vide, il visitait ses seuls souvenirs. Baissant son regard vers le public, certains visage présent se retrouvait dans la pièce où il venait de se réveillait. Il tenait quelque chose dans ses mains. Un papier. Un diplôme. S'ils étaient de la Kibougamine, lui aussi? Mais... Pourquoi se souvenait-il de rien? En réfléchissant, il reculait vers la seul porte qu'il voyait. Peut-être par peur ou par précaution, il voulait être seul. Ses pupilles viraient de gauches à droites. La sueur coulaient sur son front. Il lui fallait de l'air mais surtout... Sa mémoire. Il sorti alors sans faire attention aux autres.

By Paysanne


_________________


 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Samuel Tezuka

♪ Jean-Michel(le) Bruitage ♥

avatar


Second avatar : Messages : 24
Date d'inscription : 08/06/2017

MessageSujet: Re: DANGANRONPA 2 || Introduction   Sam 28 Oct - 22:53

C'est quoi ce foutoir ?

D'autres réactions ne se font pas attendre. A commencer par M.Joie qui regarde Ity et lui annonce clairement et simplement son décès. Menace qui se voulait inquiétante ou juste un constat sur ses affreuses capacités à comprendre la situation ? Qu'importe. Maddie avait un autre problème plus grave, à savoir... Tempérance qui panique.

Sans réfléchir -comme si ça lui arrivait souvent (Je mache le travail de certains là non ?)- elle avance vers son amie et la saisit par les épaules.


-Temperance, my sister. Un tas de trucs dégueux arrivent dans la vie, tu devrais le savoir... Alors sois forte okey ? Et t'en fais pas pour le reste. Je fais le serment devant tout les Dieux et Saints que tu veux, je te protégerais.

Madieson sourit, confiante. C'est vrai, ce n'est plus une aventure en solitaire. Et même si les chances d'avoir plus d'un survivant sont minces... On abandonne pas ses amis, surtout quand on en a peu. Elle rajoute un peu plus fort :

-Et puis pour le calme... Survivre est un peu ce que j'fais de mieux. Même avec des règles différentes de la nature, je n'ai pas peur d'une pauvre épreuve de kill or be killed. Enfin s'ils nous donnent les regles un jour...

Ah bah tiens, justement. Enfin. Des règles. Maddie regarde la nobliaude, bien plus assurée désormais. Okey elle cause beaucoup pour ne rien dire, mais ce qu'elle dit est plus utile que l'autre créature de toute à l'heure. Au final c'est Jacon le plus utile. Meurtre, procés. Coupable, execution, innocent, executés. Message compris, Madison se saisit de son ElectroId pour regarder le reste des règles, et jeter un coup d'oeil aux autres... Et merde, c'est écrit Survivante en toute lettres sur son profil. Et bien, espérons que ce soit plus dissuadant qu’intéressant pour les autres concurrents. Ce n'est pas pour elle-même qu'elle est inquiéte, mais bien la nonne...

-Allez, bougeons un peu puisqu'on est libres. J'ai des trucs à tester avant tout...


Décidée, tête haute, l'Australienne part de la pièce comme une reine. Beaucoup à voir, peu de temps. Combien avant le premier meurtre ? Qui ? Ou ? Tout un nouveau domaine à maitriser, avec une épée de Damoclès tremblant au dessus de chacun d'eux.
By Paysanne

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kana Hirano

avatar


Second avatar : Messages : 26
Date d'inscription : 11/08/2016
Age : 17

MessageSujet: Re: DANGANRONPA 2 || Introduction   Dim 29 Oct - 0:09

Another One Bites The Dust


- Merde.

Et ce fut la chute. Forcément, quand on laisse l’adrénaline et l’incompréhension nous guider, on oublie où s’arrête nos propres capacités. Dans ton cas, avec les somnifères faisant encore leur effet sur ton corps, tu perdis l’occasion de contrer l’homme, venant seulement te ramasser dans l’escalier, te mangeant au passage quelques marches. Te voilà à moitié sonnée, incapable de te relever sans risquer de chuter encore plus, n’arrivant même pas à vraiment capter ce qui se passe face à toi. Le chevalier se courbe devant un ours en peluche, ce dernier commence à annoncer des trucs sans aucun sens : s’échapper, tuer quelqu’un d’autre pour partir, condamnation, spectacle et tout un tas d’autres idioties. Tu n’arrives pas à comprendre, tout ressemble à une sorte de jeu télévisé un peu foireux. C’est trop con pour être vrai, c’est trop confus pour que tu puisses y croire. Cela se ressent d’ailleurs dans les réactions, allant du sceptique à la terrorisée, en passant par le weirdo et le connard random. Ceci fait, les explications reprennent et s’enchaînent. Tu assimile petit à petit les règles du jeu : tuer, procès, coupable, exécution. Schéma simple et pourtant si horrible. Tu ne savais pas si tu devais y croire mais la situation laissait à croire que cela était vrai, le contexte étant bien trop poussé pour être une simple blague. Difficilement, tu te relevas et te retournas vers les élèves restants derrière, tenant debout avec quelques difficultés.

- Que vous soyez prévenu, si un seul d’entre vous tente quoi que ce soit, je lui dévisse la tête avant qu’un quelconque procès ait pu commencer ! Il doit bien y avoir un moyen d’empêcher cette connerie et de s’échapper, je vais tout faire pour la trouver.

Ceci dit, tu leur tourne le dos, tentant de rattraper Madison par la même occasion. La petite t’avait prouvé sa bravoure en t’accompagnant lors de ta tentative d’attaque contre Jakob, tu sentais que tu pouvais lui faire confiance pour le moment. Puis tout simplement, ton instinct te disait de la suivre.



By Paysanne

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Freya Mikkelsen

avatar


Second avatar : Messages : 109
Date d'inscription : 21/09/2016

MessageSujet: Re: DANGANRONPA 2 || Introduction   Dim 29 Oct - 15:44

ft. Le Destin
La malchance, le destin et le karma.
Une chose était certaine: la situation n’allait pas s’arranger avec le temps. Un jeu de tuerie ? Voilà qui allait dérégler l’agenda de Sascha pour de bon. Comme toute personne saine d’esprit, Sascha ne désirait pas mourir alors se retrouver dans une situation aussi dangereuse ne l’arrangeait pas le moins du monde. Si seulement les autres pouvaient réussir à rester calme, il pourrait y avoir une quelconque possibilité de s’en sortir mais, la jeune femme avait un point. Il suffisait d’un esprit fragile pour que la situation dégénère. Il suffisait d’une toute petite étincelle.

Ce dont Sascha avait besoin en ce moment même, c’était de ne pas provoquer l’étincelle. Il était un intru parmis ses élites qui se connaissaient entre eux, il devait donc faire de son mieux pour que les autres n’est pas ce sentiment là à son égard. Cela serait bête de se faire tuer parce qu’il n’était pas un élite. Il devait donc se faire des alliés, et vite. Le problème, c’était qu’avoir de bonnes relations avec son entourage n’était pas son fort. Surtout que le problème d’être un intru allait dans les deux sens. Il était incapable de savoir à qui il pouvait faire confiance ou non.

Il n’avait qu’à espérer que l’étincelle ne se transforme pas en incendie rapidement.

- Bon et bien… Je pense qu’il n’y a plus rien à faire ici. Que ceux qui n’ont pas envie de me tuer me suivent~

Sur ces mots, Sascha sortit à son tour.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mitsuki Hoshizora

avatar


Second avatar : Ici le DC de Hikaru Yuugure Messages : 46
Date d'inscription : 10/06/2017

MessageSujet: Re: DANGANRONPA 2 || Introduction   Mer 1 Nov - 11:00

絶望の戦闘 と 戦闘の絶望 – Prologue END


Observation. Écoute. Seule possibilité ici. Révélation du vrai visage. Temps long avant cela. Sang. Désespoir. Mort. Leur fin. Tragédie que tous préféreraient nommer drame. Question d'optimisme. Question d'espoir. Trop tôt pour le dire. Tu restais spectateur. Place convenable. Elle te convenait. Les réaction diverses. Panique de la sœur. Des conséquences méritées. De mauvaises actions peut-être. Ce qui dépendait de vous. Ce qui n'en dépendait pas. Ce que vous en pensiez. Ce que vous n'en pensiez pas. Ceux qui étaient troublés. Ceux qui ne l'étaient pas. L'insistance sur la personne derrière. Tablette que tu repris pour lire plus attentivement. Cette chose t'avait perturbé. Tu ne devais pas te laisser troubler. Qu'importe les questions. Supporter et s'abstenir. Règle importante ici. Nécessité de ne pas rester là. Malgré la sécurité d'être autant. Pas pour sortir d'ici. D'autres s'en chargeraient. C'était humain. Les humains enfermés voulaient sortir. C'était naturel. Ce désir entrait en résonance. Résonnait avec ceux qui le pouvait. Ceux capables d'empathie. Ce qui n'aurait jamais dû exister. Ce qui équivalait à un important risque. Peut-être trop important d'ailleurs. Soit. Certains se débattaient. Toi tu gardais tes positions. Ta position. Celle de spectateur à qui on ne prêtait que peu d'attention. Jusqu'à leur départ.

Que les réactions se suivent, entre silence, menaces, tentatives de soutien ou courtoisie, dès que les nobliaux étaient partis, les élèves suivirent le mouvement, comme d'innocents moutons qui partaient à l'abattoir, ou d'affolées bêtes désireuses de s'en sortir, alors qu'il était bien connu que gagner une partie d'échecs sans perdre aucun pion était impossible, mais ça, le ténébreux ne s'en souciait pas, ayant certes déjà pas mal de réactions récoltées, mais surtout, quelque chose qui se manifestait en lui comme une mauvaise humeur, à croire que toute cette histoire avait failli lui faire oublier une priorité d'ordre capital qu'il valait mieux exécuter s'il désirait que la suite des événements soit plus claire à son esprit embrumé sûrement certes par les somnifères, mais surtout par les drogues, si on en croyait le chevalier, alors peut-être que ce n'était pas encore dissipé, ce qui sera probablement le cas d'ici à la fin de la journée sûrement, mais ça n'empêchait que sous substances plus ou moins licites ou non, il n'était que dans un état moyen pour proprement réfléchir, ainsi donc ses recherches allaient commencer par la réalisation de l'impératif que son corps, et surtout ses nerfs, ne cessaient de lui imposer, et pour cela, il attendit quelques instants après le départ d'un jeune homme aux étranges habits pour quitter l'assemblée à son tour, profitant d'une sorte de réflexion collective qui les poussaient à garder le silence, centrés sur eux même et non leurs environs.

By Paysanne

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Archibald E. Alexandrie

avatar


Second avatar : Messages : 36
Date d'inscription : 19/07/2017

MessageSujet: Re: DANGANRONPA 2 || Introduction   Jeu 2 Nov - 17:20





 

 Tempérance.
 Feat' un tour du Malin ?
« Que diable est cet endroit ? »

Tu as compris deux choses aujourd'hui, concernant tes proches, tes amis, ces nouveaux visages et toi-même. Tout d'abord, tu as compris que l'instinct de protection, d'équipe, d'entraide, n'avait aucunement sa place en ces lieux, c'est chacun pour sa gueule. Ensuite, tu as compris que tout ceci n'était que tromperie. Cette jeune fille, que tu considérais comme innocente, était aussi perfide que le démon qui a conquis le coeur d'Eve.
Enfin, sa dernière phrase... Tu as été envoyée ici à cause d'une personne en particulier.

Rapidement, tu songeas en ton entourage, en qui, aurait-eu le coeur aussi noir et tordu pour t'envoyer dans un lieu mortuaire. Tu pensais à tes parents, bien évidemment, mais sans songer un instant qu'ils puissent être l'auteur de cette infâmie. L'oeuvre du tout puissant, peut-être ? Non, il est plus du genre à rester stoïque et silencieux.

Puis, un nom te vient en tête. Soeur Sarah. Tu es sûre que c'est cette c*nasse qui t'as envoyé de ce merdier !

Tes esprits furent rapidement vidés, lorsque Madisson te rassura de ses mots. Tu étais vraiment ravie qu'elle soit-là, peut-être, serait-elle le remède à tes péchés. En tout les cas, le calme était revenu, tant dans ton cœur que ton esprit.

"C'en est certain.. Merci beaucoup. Je prierai pour que tout se passe aux mieux pour nous deux. Pour nous tous."

Tu avais peut-être coupé la parole de l'homme à la chevelure ancestrale, mais ça n'avait pas d'importance. Ces quelques mots, sacrés et apaisants, avaient eu pour effet de te rendre bien plus calme et tranquille. Des règles s’ensuivirent alors. Pourquoi donc créer des règles dans une épreuve qui est censé prôner la violence et le massacre ? Un bain de sang serait bien plus rapide.. Sauf si nous devions animer quelque chose.
C'est une information bon à prendre.
En tout les cas, tu ne pouvais qu'attendre la suite des évènements, et voir ce qu'il peux bien advenir. Faire connaissance de ton nouvel environnement te sembla être une excellente idée. D'un commun accord, tu déçidas d'accompagner Maddison vers sa prochaine destination, non sans saluer tes autres camarades.

En tout les cas, tu ne pouvais t'empecher de croire que tout ne pouvait pas "bien" se terminer.
Faites que l'on nous sauve.

 
Conseil du jour : Prend connaissance,  
de ton environnement.
©️ Kibara sur LibreGraph'
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kaito Takebashi

avatar


Second avatar : Messages : 248
Date d'inscription : 11/08/2016
Age : 19

MessageSujet: Re: DANGANRONPA 2 || Introduction   Sam 11 Nov - 15:00

Révélations

Moi
Les primitifs
Guenon
Babouin


Tout le monde sortait de leur poche ce qui ressemblait à une tablette. C'est vrai que le gilet semblait un poil plus lourd, mais, pour être franc, je n'en avais strictement rien à faire. Je n'allais pas perdre de temps à chercher quelque chose à l'intérieur de ma veste, alors qu'il y avait des informations à absorber sur le lieu et ces primates avec qui j'ai le malheur de devoir cohabiter pendant un certain temps. Je tatonne la zone approximative où je ressens l'excès de poids, et j'en sors une tablette, comme les autres. En l'allumant, je vois mon nom. Je la range vite: je n'ai pas de temps à perdre avec une pièce de technologie de pacotille... Du moins, pour le moment. Je pense que j'aurais des utilités avec ça. Un plan plus grand sera de mise, cependant.

"Le mandrill" parle...

Ou plutôt crie. De plus, il y a de l'étranger. Une langue arabique à l'oreille. Ca change.

Mais cette crise de panique est aussi fatiguante que prévisible. il fallait bien un esprit faible pour entrer dans une phase de terreur absolue. Et cet esprit faible est donc cette demoiselle. De plus, elle déployait l'argument qu'il n'y a aucune raison pour qu'ils soient tous enfermés à participer à ce jeu. Cependant, y a-t-il vraiment besoin d'une raison? Il y a bien des sociopathes dont les seules raisons qui pousse la destruction est leurs pulsions et leur dégénération créé par une invasion de visions en association à des anciennes mutilations. Pathétique primate terrorisé. Je voulais me tourner vers elle et lui annoncer sa future mort, mais quelque chose me prit de cours...

Je fus coupé par un souffle. "La guenon" parle.

Elle affirmait des informations qu'il fallait répéter, pour que les plus "incrédules" reviennent sur Terre. Il fallait le faire.

Hélas, tout ce qu'elle dit est d'une prévisibilité affligeante. Toutes les informations données ne sont que les résultats d'une analyse rapide de la population primitive autour de lui. Quelqu'un va être brisé, d'une manière ou d'une autre, et cette personne tuera. Et pour être franc, c'est absolument ennuyeux. Ces meurtres seront poussés par les sentiments... Cela se voit à des kilomètres. Et j'ai d'autres idées en tête que "tuer"...

"Le babouin" a parlé. Mais je ne vais pas commenter. Je ne veux pas perdre de temps à penser exactement la même chose qu'avec "la guenon".

"Le tamarin" parle encore.

Je n'ai rien à dire de bien.

Tenter de soulager quelqu'un ne mênera nulle part, car si une telle personne a besoin de soins, c'est que ses chances de survie sont limitées. Et le pire dans tout ça, c'est que c'est soit-disant "la reine de la survie" qui la prend sous son aile, augmentant ainsi ses chances de mourir, un boulet accroché à son esprit étriqué. La demande des rêgles en est un exemple flagrant: son esprit est tellement fermé qu'elle ne s'est même pas rendu compte qu'elle portait les règles sur elle tel un petit livre rouge. Enfin, si elle meure, ce sera sa faute. Enfin, elle annonça sa volonté d'explorer, une nécessité qu'il n'était pas nécessaire d'énoncer.

A part le fait que "Le hurleur" affirmait haut et fort son souhait de se faire exécuter, le hall commençait à se dépeupler. Je ne vais pas commenter. J'ai déjà gaspillé assez de temps comme ça, à observer mes singes de compagnie.

Je me relevais. J'ai réussi à passer assez inaperçu. Personne ne me harcèle pour savoir des données futiles telles que nom, prénom, titre, ou je ne sais quelle bassesse à partager. Le seul bruit qui se faisait entendre était le bruit des pas dans les corridors. Je tournais le dos à mes "camarades" et m'en allait. Je me retournait une dernière fois vers les singes restants. Certains endormis, d'autres hagards. Dans mes yeux, une lueur noire non naturelle.


"Je n'ai pas de temps à perdre avec vous."

Fiche de liens (c) Miss Yellow
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: DANGANRONPA 2 || Introduction   

Revenir en haut Aller en bas
 

DANGANRONPA 2 || Introduction

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

 Sujets similaires

-
» [PVP] Introduction et sorties
» [Vidéo][Next Gen] Une introduction tout en douceur ...
» [MTL] Mentalisme (introduction)
» Introduction à la campagne
» [Métamorphose] 1. Introduction

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Despair Academy : Renaissance :: Le DanganRonpa :: Le DanganRonpa 2 :: Fragment 1 :: Hall Intermédiaire-